Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 février 2014 7 16 /02 /février /2014 01:40

 

LA PILULE ROUGE~ "Choisis la pilule bleue et tout s’arrête, après tu pourras faire de beaux rêves et penser ce que tu veux. Choisis la pilule rouge : tu restes au Pays des Merveilles et on descend avec le lapin blanc au fond du gouffre."



15 Samedi fév 2014

Publié par jeangab1 in Articles, santé, science, société, UE, USA



canser du sein, danger, dépistage du cancer, liberté, mammographie, omerta, radiations, santé, sciences

(Source : Radio-Canada – Merci à Clara)

 

 

La mammographie annuelle ne serait pas plus efficace qu’un examen médical traditionnel, montre une étude ontarienne.

 

Selon le Pr Anthony B Miller et ses collègues de l’Université de Toronto, les femmes ayant passé des mammographies annuelles pendant cinq ans ont autant de risque de mourir du cancer du sein que celles ayant seulement fait des examens médicaux traditionnels.

 

L’équipe de recherche en vient à cette conclusion après avoir analysé les données recueillies auprès de 89 835 femmes âgées de 40 à 59 ans pendant 25 ans au cours de l’Étude nationale canadienne sur le dépistage du cancer du sein.

 

Durant cette période, 500 décès par cancer du sein sont survenus chez les 44 925 femmes suivies par mammographies contre 505 décès chez les 44 910 femmes du groupe témoin.

Les femmes avaient été assignées dans les deux groupes par tirage au sort.

 

Plus de tumeurs ont été détectées dans le 1er groupe, soit 3250 au total contre 3133 dans le second à la fin de l’étude.

 

Les tumeurs étaient aussi plus petites (1,4 cm dans le premier groupe contre 2,1 cm dans le second) au moment du diagnostic.

 

Les auteurs de ces travaux publiés dans le British Medical Journal estiment qu’environ 22 % des cancers détectés par la mammographie se sont révélés inoffensifs, ce qui signifie qu’une femme sur 424 reçoit un mauvais diagnostic.

L’éditorial publié avec l’article recommande que les raisons justifiant le recours à la mammographie doivent tenir compte de ces nouveaux résultats.

 

De nombreux pays occidentaux, dont le Canada, ont mis en place des programmes de dépistage du cancer du sein. Ces pays se sont basés sur de précédentes recherches montrant une baisse de la mortalité associée à la mammographie alors que d’autres résultats laissent à penser qu’elles n’ont que peu d’effets.

 

« Nos résultats rejoignent les vues de certains commentateurs, qui estiment que les politiques de dépistage par mammographies devraient être revues dans les pays développés. »— Auteurs

 

Selon les chercheurs, le changement ne sera pas facile « parce que les gouvernements, les organismes de financement de la recherche, les chercheurs et les médecins peuvent avoir intérêt à poursuivre des activités qui sont bien établies ».

Des intérêt$.

.

Le Québec persiste

 

Le ministre de la Santé du Québec, le Dr Réjean Hébert, n’a pas l’intention de modifier le programme de dépistage du cancer du sein au Québec, du moins pas pour l’instant.

 

« La science, c’est toujours le cumul de plusieurs études, alors on ne peut pas prendre des décisions aussi importantes par rapport à un programme extrêmement important pour le Québec, celui du dépistage du cancer du sein, sur la base d’une seule étude », a répliqué le ministre. « Il faut attendre qu’il y ait un consensus au niveau de la littérature scientifique. »

 

Au Québec, les femmes de plus de 50 ans doivent passer une mammographie tous les deux ans.

 

« Doivent »? Non, sont fortement sollicitées, harcelées, mais n’y ont pas d’obligation.

 

 

http://1eclaireur.wordpress.com/2014/02/15/la-mammographie-encore-remise-en-question/

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
15 février 2014 6 15 /02 /février /2014 02:06

 

 

 

 

 

Ce n’est pas un jeu les amis. Nous sommes touchés de toutes parts par un programme génocidaire planifié destiné à rendre quelques familles encore plus riches qu’elles ne le sont déjà, et réduire la population mondiale à 500 millions comme gravé dans les Georgia Guidestones. Ce n’est rien d’autre qu’une guerre biologique.

 

Les chemtrails et le nouveau gène de Monsanto résistant à l’aluminium:une coïncidence ?

14/02/2014

Sciences & Technologies

biological-warfare-242x300

Pourquoi l’entreprise Monsanto a-t-elle développé un gène résistant à l’aluminium ?

Monsanto est actuellement en train de faire du marketing pour son gène résistant à l’aluminium. En voici un extrait, les amis :

« Dans les pays en voie de développement, les petites exploitations fermières pauvres en ressources font face à des tensions quotidiennes comprenant la pauvreté des sols, la sécheresse et le manque de contributions financières. Les tendances en cours comme le changement climatique et la croissance démographique vont probablement aggraver ces tensions. Une nouvelle génération de recherche en culture génétiquement modifiée (GM) a pour but d’apaiser ces pressions à travers l’amélioration des cultures de subsistance – comme le manioc, le sorgho et le mil – qui possèdent des caractéristiques spécifiques comme la tolérance à la sécheresse, à l’eau, à l’aluminium présent dans les terres aussi bien que dans les plantes avec une utilisation plus efficace de l’azote et du phosphore. »

(http://www.ifpri.org/publication/delivering-genetically-engineered-crops-poor-farmers)

Maintenant, rappelons-nous du travail d’investigation du journaliste Michael Murphy à propos des chemtrails, de la géo-ingénierie, et du fait que des taux extrêmement élevés d’aluminium et de baryum sont relevés dans l’eau, la neige et la terre, dans des régions qui semblent être constamment touchées par les chemtrails. Le film What in the world are they spraying présente des preuves scientifiques irréfutables sur la présence non naturelle d’aluminium et de baryum dans différentes régions du monde et à des niveaux considérés comme étant particulièrement dangereux pour la santé humaine (jusqu’à 700 fois la norme autorisée !).

Le fait que Monsanto puisse « venir à la rescousse » avec ses gènes résistants à l’aluminium, parce que les plantes normales meurent en présence d’un excès en aluminium, est-il un hasard ? Ou alors le capitalisme opportuniste et le monopole alimentaire planifié grâce à la générosité de Monsanto et la dialectique hégélienne basée sur l’information d’initiés supposent qu’un programme de « geo-ingénirie » proposé est déjà en cours et qu’il est en train de remplir notre atmosphère de chemtrails contenant de l’aluminium et du baryum ?

Ce n’est pas un jeu les amis. Nous sommes touchés de toutes parts par un programme génocidaire planifié destiné à rendre quelques familles encore plus riches qu’elles ne le sont déjà, et réduire la population mondiale à 500 millions comme gravé dans les Georgia Guidestones. Ce n’est rien d’autre qu’une guerre biologique.

Sources

Article original : http://farmwars.info/?p=2927

Auteur : Barbara H. Peterson

Traduction : la-matrice pour Conspipedia



http://infolibretv.fr/?p=2283

 

 

 

Partager cet article

Repost0
14 février 2014 5 14 /02 /février /2014 02:32

 

Sciences

Jeudi 13 Février 2014 à 11:01 (mis à jour le 13/02/2014 à 12:25)

Par

Mickaël Fonton



 

Le Pr Paul Workman avec, à sa droite, les Drs Marcello Riggi et Dominique Gougeon, de Pierre Fabre Oncologie, et à sa gauche, François d'Orcival et les Prs Gabriel Hortobagyi et David Khayat, pour le prix Raymond-Bourgine. Photo © Patrick Iafrate





Médecine. Lauréat 2014 du prix Raymond- Bourgine, Paul Workman est un spécialiste mondial de l’évaluation des traitements anticancéreux et l’auteur de travaux pionniers dans la découverte de molécules innovantes.

Une simple phrase. « Nous continuerons notre lutte contre le cancer. » Prononcée par le Dr Marcello Riggi, directeur médical de Pierre Fabre Oncologie, elle vient confirmer le soutien sans faille du groupe pharmaceutique à la recherche cancérologique, un soutien crucial à une époque où, si les opportunités scientifiques et thérapeutiques n’ont jamais été si importantes, le contexte financier fragilise de nombreuses équipes de recherche. Un soutien qui entend aussi prolonger l’oeuvre du fondateur Pierre Fabre, décédé en juillet dernier.

 

Décerné, comme chaque année, dans le cadre du Congrès international sur les traitements anticancéreux, le 21e prix Raymond-Bourgine est venu récompenser, cette fois, le Pr Paul Workman, directeur général adjoint de l’Institut de recherche sur le cancer (ICR) à Londres, l’un des leaders mondiaux en pharmacologie moléculaire. Sous sa direction, l’ICR, par ailleurs plus grand groupe de découverte de médicaments contre le cancer à but non lucratif dans le monde, a mis au point une quinzaine de substances innovantes, dont sept sont entrées en phase d’essais cliniques.

 

Sa méthode de recherche porte un nom : “drugging the cancer genome”, qui pourrait se traduire par “cibler le génome du cancer”. « À l’heure actuelle, explique-t-il, nous connaissons 500 gènes, sur environ 20 000, qui peuvent contribuer à l’apparition d’un cancer. Le nombre de gènes contribuant à chaque cancer peut varier mais c’est une constante : dans un cancer, il y a plusieurs gènes impliqués. C’est cette réunion que l’on appelle le “génome du cancer”. Notre travail consiste à mettre au point des médicaments qui vont contrecarrer les effets cancéreux induits par ces gènes. Seuls 5 % des gènes concernés font actuellement l’objet d’un traitement spécifique : c’est donc un gros travail qui nous attend. »

 

Si les progrès de la recherche — dus notamment au séquençage du génome — permettent aujourd’hui de toujours mieux comprendre le cancer, jusqu’au niveau moléculaire, les défis restent nombreux : identifier les principaux gènes à risque, comprendre pourquoi certaines protéines codées par ces gènes ne permettent pas le développement de molécules adéquates, développer des combinaisons intelligentes pour faire face à la grande majorité des problèmes cliniques — notamment la résistance aux médicaments —, enfin progresser encore dans “l’individualisation” du traitement (à cancer unique, patient unique).

 

http://www.valeursactuelles.com/comprendre-génome-cancer

 

 

Partager cet article

Repost0
11 février 2014 2 11 /02 /février /2014 01:40

 



additifs alimentaires

 

Les additifs alimentaires sont des produits ajoutés à la nourriture.
Ils doivent être écrit sur l’emballage, dans la liste des ingrédients.

 

La définition officielle d’un additif alimentaire est une substance habituellement non consommée comme aliment en soi et habituellement non utilisée comme ingrédient caractéristique dans l’alimentation, possédant ou non une valeur nutritive, et dont l’adjonction intentionnelle aux denrées alimentaires, dans un but technologique au stade de leur fabrication, transformation, préparation, traitement, conditionnement, transport ou entreposage, a pour effet, ou peut raisonnablement être estimée avoir pour effet, qu’elle devient elle-même ou que ses dérivés deviennent, directement ou indirectement, un composant des denrées alimentaires.

Les additifs alimentaires sont des produits ajoutés aux produits alimentaires dans le but d’en améliorer la conservation, l’aspect, le goût, etc.

 

Les colorants alimentaires, les conservateurs, les émulsifiants, épaississants, stabilisants, gélifiants, les exhausteurs de goût et les édulcorants sont des additifs alimentaires.

 

On peut classer les additifs alimentaires dans trois catégories :

Les additifs inoffensifs pour la santé.

Les additifs avec une polémique : certains rapports de santé dans le monde considèrent que l’additif comporte un danger et d’autres non.

Les additifs dangereux pour la santé.

 

La liste des additifs alimentaires dangereux pour votre santé :

 

Le Propylène Glycol E1520 ou Anti-gel pourrait être dangereux.
Voici des informations complémentaires :

 

Le seul cas ou le Propylène Glycol est utilise comme antigel, c’est pour obtenir un antigel très cher, utilisable dans les chambres froides alimentaire, la ou une fuite non détectée ne doit pas contaminer la nourriture.
Associer antigel et Propylène Glycol sans explication, est trompeur. En effet le public a dans l’esprit que l’antigel est très dangereux, car le seul qu’il manipule est celui de voiture hautement toxique a base d’éthylène glycol (éthylène =/= propylène). L’utilisation de Propylène Glycol comme antigel certifié pour l’agro alimentaire, est un point pour sa non toxicité. Le Propylène Glycol est aussi beaucoup utilise dans les produit de beauté et comme excipient de médicament.
Il est aussi utilise pour fabriquer, depuis des décennies, la fumée dans la discothèque ou le cinéma (le Propylène

 

Glycol se vaporise a 55-60°), sans jamais avoir eu de problème d’intoxication rapporté.
Le seul rapport connu a ce jour sur le Propylène Glycol est celui de l’INRS (Institut National de Recherche et de Sécurité) il date de 1994 et conclu en substance, de la non toxicité du produit aussi bien pour l’ingestion en forte dose, l’inhalation et le contact cutané. (inrs.fr/INRS-PUB/inrs01.nsf/inrs01_catalog_view_view/91018D65A315739CC1256CE8005A622A/$FILE/ft226.pdf)

Le Polyvinylpyrrolidone E1201 et E1202 : il permet de lier des agents de turbidité dans une boisson.
Risque pour la santé : des fausses couches et des cancers.

Diphényle E230 : un conservateur de synthèse également utilisé comme pesticide, interdit en Australie.
Risque pour la santé : des nausées, une irritation des yeux, allergies, etc.

L’aspartame E951 : il est très utilisé dans les produits lights (boisson, gateaux, chewing-gum, etc.)
Risque pour la santé : des troubles digestifs, des maux de tête, insomnies, prise de poids, douleurs articulaires, trous de mémoire, crises de panique, infertilité, etc.

Acide Cyclamique E952 et sels de Na, Ca : édulcorant de synthèse pour remplacer le sucre.
Risque pour la santé : Cancers (Additif interdit aux Etats-Unis en 1970, autorisé au Canada et dans d’autres pays.)

Sucralose E955 : édulcorant 600 fois plus sucrant que le sucre.
Risque pour la santé : problèmes de foie et de reins.

Saccharine E954 et sels Na, K, Ca : édulcorant 300 fois plus sucrant que le sucre.
Risque pour la santé : de nombreuses allergies.

Sel d’aspartame E962 et Acésulfame-K : fonction similaire à l’aspartame et à acesulfame-k.
Risque pour la santé : voir les risques pour l’aspartame e951 et l’acésulfame k.

Xylitol E967 : édulcorant de synthèse reconnu comme cancérigène aux Etats-Unis par la Food and Drug Administration.
Risque pour la santé : problèmes de reins, évanouissement, acidose, problème d’orientation, etc.

Acide benzoïque E210 : c’est un conservateur chimique.
Risque pour la santé : des problèmes de croissance, insomnies, trouble du comportement, etc.

Acesulfame-k E950 : édulcorant 200 fois plus sucrant que le sucre. Il serait plus dangereux que la saccharine et l’aspartame.
Risque pour la santé : hausse de cholestérol, cancers, problèmes aux poumons, hypoglycémie, etc.

Azodicarbonamide E927a ou Azoformamide : additif interdit en Australie et en Allemagne.
Risque pour la santé : asthme, hyperactivité, insomnies, etc.

Cire de polyéthylène oxydée E914 : Utilisé comme agent d’enrobage pour traiter les agrumes, légumes, fruits.
Risque pour la santé : de gros risques si on on ne lave pas les fruits/légumes et également ses propres mains.

Esters de l’acide montanique E912 : cire végétale utilisé comme agent d’enrobage.
Risque pour la santé : des allergies.

Gallate de propyle E310 : un antioxydant de synthèse.
Risque pour la santé : problème au foie, hyperactivité, cancers, allergies, etc.

Cire microcristalline E905 : issu du pétrole ou lignite, présent dans les chewing-gums et de nombreuses confiseries.
Risque pour la santé : problème d’absorption de vitamines et de minéraux, problème au niveau des lymphes et du foie.

Diméthylpolysiloxane E900 : huile de silicone anti-mousse.
Risque pour la santé : problèmes au niveau du foie, des reins, cancers.

Ponceau 4r E124 : c’est un colorant rouge.
Risque pour la santé : de l’urticaire, asthme, hyperactivité, etc.

Glycine E640 : support pour additif de synthèse qui peut remplacer le sel.
Risque pour la santé : retard de croissance, augmentation du taux de mortalité.

Ethyl matol E637 : cf maltol e636
Risque pour la santé : voir maltol.

Maltol E636 : exhausteur de goût.
Risque pour la santé : des risques de destruction des globules rouges.

Acide inosinique E630 : exhausteur de goût.
Risque pour la santé : problème d’asthme, réactions cutanées, allergies, etc.

Guanylate disodique E627 : exhausteur de goût pour stimuler l’appétit.
Risque pour la santé : irritation des muqueuses, de l’asthme, etc.

Glutamate monosodique E621 ou GMS : exhausteur de goût de synthèse très utilisé.
Risque pour la santé : destruction des neurones.

Silicate de magnésium E553a : un anti-agglomérant.
Risque pour la santé : problèmes au niveau de la respiration.

Talc E553b : un anti-agglomérant.
Risque pour la santé : problème au niveau de la respiration.

Silicate aluminosodique E554 : anti-agglomérant utilisé comme colorant.
Risque pour la santé : alzheimer, problèmes au placenta.

Acide glutamique E620 : additif très utilisé, pour remplacer le sel.
Risque pour la santé : asthme, problème de sensibilité du dos et des bras, problème cardiovasculaires.

Poly phosphates de calcium E544 : utilisé pour augmenter la masse des aliments, interdit en Australie.
Risque pour la santé : allergies, problèmes de digestion.

Gallate d’octyle E311 : un antioxydant de synthèse.
Risque pour la santé : de l’urticaire, des allergies, problème concernant les hémoglobines, etc.

Phosphates d’aluminium acide sodique E541 : utilisé dans les patisseries, présenté comme neurotoxique.
Risque pour la santé : problèmes de reins, alzheimer, problèmes de coeur, etc.

Sulfate d’aluminium E520 : un dérivé de l’aluminium.
Risque pour la santé : nocif pour les reins, alzheimer

Monostérate de sorbinate E491 : un anti-moussant utilisé comme colorant par exemple.
Risque pour la santé : lésion(s) d’organe(s), diarrhées, etc.

Sucroesters E473 : antioxydant, présent dans de la nourriture pour bébé.
Risque pour la santé : problèmes de digestion et diarrhées.

Céllulose microcristalline E460 : un épaississant.
Risque pour la santé : cancérigène ou non (nombreux tests en contradiction)

Polysorbate 20 E432 : support de synthèse utilisé dans les desserts.
Risque pour la santé : problèmes de calculs rénaux, des tumeurs, allergies, etc.

Edta E385 : un antioxydant, il est utilisé en médecine pour traiter un empoisonnements aux métaux lourds
Risque pour la santé : problème de digestion, coagulation du sang, etc.

Gélatine E441 : très utilisé dans les laitages et bonbons.
Risque pour la santé : nombreuses allergies, asthme.

D’autres additifs alimentaire à éviter  :

E214, E235, E474, E472f, E542, E545, E555, E556, E628, E472e, E472d, E472c, E472b, E380, E284, E200, E180, E285, E472a, E629, E631, E632, E521, E522, E523, E525, E517, E518, E515, E513, E514, E512, E510, E508, E507, E469, E509, E496, E495, E492, E493, E477, E479b, E450a, E421, E430, E425, E320, E321, E154, E155, E102, E120, E123, etc.

Cette liste n’est pas exhaustive, il existe d’autres additifs alimentaires qui sont dangereux pour le bien-être des personnes !



http://www.danger-sante.org/additifs-alimentaires-nourriture/



 

Partager cet article

Repost0
11 février 2014 2 11 /02 /février /2014 00:46

 



Cerise 10 février 2014 Actualités - Focus sur un modèle., alimentation santé

alimentation et biotechnologie selon l'UE

 

Septembre 2012. On se souvient tous des ces photos terriblement choquantes nous montrant des rats affublés de tumeurs énormes. C’est le CRIIGEN qui entre 2009 et 2012 avait mené dans le plus grand secret une gigantesque étude sur les effets sanitaires d’un maïs transgénique tolérant à l’herbicide Roundup, le MON 863. Les résultats étaient sans appel: tumeurs, augmentations des cancers du sein et du système hépato-digestif, perturbations graves du système endocrinien…


tumeurs rats

 

On pouvait donc espérer que cette fois un vrai débat sur les OGM allait être engagé. Mais c’était sans compter sur les détracteurs de l’étude du CRIIGEN, à savoir l’EFSA, Monsanto ou encore Europabio. Si aujourd’hui presque tout le monde connaît (au moins de nom) l’ESFA ( l’Autorité Européenne de Sécurité des Aliments) et Monsanto, nul doute qu’il n’en est pas de même pour Europabio, pourtant extrêmement virulente à l’égard de cette étude sur le MON 863. Alors Europabio qu’ est ce donc ?

 

EuropaBio est, je cite : «  l’Association Européenne pour les Bio-industries créée comme porte-parole des industries de biotechnologies en Europe ». Basée à Bruxelles, elle s’est créée en 1996.

 

Sa mission est claire: « promouvoir une industrie biotechnologique innovante et dynamique en Europe. » en agissant au moyen d’activités de lobbyingauprès des institutions européennes. Elle publie des rapports sur les activités de l’industrie biotechnologique et l’impact des politiques publiques européennes sur celles-ci, et adresse des demandes à la Commission européenne, au Parlement européen et au Conseil des ministres afin d’influencer la législation.

Europabio

De plus elle promeut un marché libre et concurrentiel pour les produits biologiques (notamment les OGM) et une régulation faible afin d’augmenter la compétitivité économique du secteur des biotechnologies.

Oui mais la biotechnologie c’est quoi au juste ? rien de plus simple, c’est « l’application des principes scientifiques et de l’ingénierieà la transformation de matériaux par des agents biologiques pour produire des biens et services », par exemple, la fabrication du pain, du vin, de la bière ou encore de l’aspirine.


couleurs_des_biotechs

 

Cependant il existe deux types de biotechnologies : les biotechnologies traditionnelles ( le pain par exemple) et les biotechnologies contemporaines nouvelles, ces dernières étant basées essentiellement sur la transgenèse (introduction d’un ou plusieurs gènes dans un organisme vivant).

the-biotechnology-industry Europabio qui représente donc les intérêts des industries biotechnologiques propose de classer en trois catégories ces dites biotechnologies :les biotechnologies vertes (d’intérêt agricole), les biotechnologies rouges (d’intérêt médical ) et les biotechnologies blanches ( elles permettent la fabrication de produits tel que les biocarburants, les biogaz…)

 

Voici donc pour les objectifs et les activités d’Europabio. Mais quant est il de la structure ?

Sur leur site, Europabio nous informe qu’elle représente « 55 collaborateurs, 15 associés et Bio-régions, et 17 associations biotechnologiques nationales, qui en retour représentent plus de 1800 petites et moyennes entreprises de biotechnologie en Europe » et qu’ elle accueille également des associés comme des « entreprises internationales commerciales, financières, de gestion d’actif et d’autres entreprises de services, des organisations de développement régional des biotechnologies et des instituts scientifiques ».

 

De plus, tous les membres d’Europabio sont impliqués dans la recherche, le développement, les tests, la fabrication et la commercialisation des produits et des procédés biotechnologiques appliqués à un large panel d’activités tel que : la santé humaine et animale, les diagnostiques, la bio-informatique, les produits chimiques, la protection des cultures, de l’agriculture, de l’alimentation et de l’environnement. Tout un programme…

Les modèles sur la boutique : 
bannière-prod_femmebannière-prod_hommebannière-prod_accessoires

Il est intéressant de noter que parmi les 55 collaborateurs d’Europabio on retrouve les principaux producteurs d’OGM, à savoir : Monsanto, BASF, Limagrain, Syngenta ou encore Novartis. Sachant maintenant cela, on peut aisément comprendre pourquoi Europabio s’est insurgée dans son communiqué de presse en énumérant un ensemble d’arguments visant à discréditer l’étude du CRIIGEN.

 

On notera tout de même une note d’humour de la part d’Europabio qui sur son site nous assure de son engagement « à un dialogue ouvert et informé avec tous les acteurs des aspects éthiques, sociaux et économiques des biotechnologies et de leurs applications. » et qui défend « l’usage responsable de la biotechnologie pour s’assurer que son potentiel est pleinement utilisé au bénéfice de l’environnement et de l’humanité. »

Biotechnology word cloud

 

Finalement si on résume, et pour être tout à fait clair ; Europabio sous couvert de son titre d’ »association européenne » est en fait un gros lobby parmi tant d’autre mais pas n’importe le quel : s’étant emparé du marché des biotechnologies Europabio ne se cache même pas d’employer les plus gros producteurs d’OGM et de pesticides au monde, ceux-là même qui inondent le marché mondial de nouveaux produits chimiques et autres plantes transgéniques qui n’ont même pas été testés pour leur nocivité à l’égard de la santé humaine. Plus fort que tout, Europabio mène ses activités de lobbying directement au sein de la Commission Européenne, du Parlement Européen et du Conseil des Ministres. Rappelons que ce sont ces même institutions qui décident de créer et d’appliquer ou non les traités et les lois qui régissent les 28 pays de l’UE.

cupcake chocolat et additifsA ce stade il est important de noter qu’ici seul le problème des biotechnologies dans l’alimentation a été abordé, en ce qui concerne les additifs alimentaires et autres « poisons » nous y reviendrons dans un autre article.

 

 

collectiosn femme cupcake

accessoires cupcake

Finalement, la seule chose étonnante serait de croire encore que ces dites institutions nous écoutent et nous protègent. Non. Définitivement on comprend bien que même lorsqu’il s’agit de la santé publique la politique européenne s’en moque, préférant à l’évidence traiter avec les plus grosses multinationales plutôt qu’avec des organismes indépendants tel que le CRIIGEN, mettant ainsi en péril le bien être et la santé de tous.uropabio

 

OGM, vers une alerte mondiale?

Site du CRIIGEN

Etude du CRIIGEN

Communiqué de presse d’Europabio

Site le l’EFSA

Liste des entreprises agroalimentaires

Liste des « numéro E »

Principes généraux de la législation alimentaire européenne

 

http://www.transgressif.fr/europabio/

 

 

 

Partager cet article

Repost0
10 février 2014 1 10 /02 /février /2014 19:28

 

 

Mieux manger ne signifie pas forcément manger BIO, comme certains le pensent. casspubMieux manger, c’est simplement réapprendre à consommer sans exagération et sans penser que les bons produits sont plus chers. En ajoutant à cela, quelques astuces, le tour est joué !

Voici 10 points tous simples à suivre, pour réapprendre à mieux manger, sans pour autant trouer son porte-monnaie.

 

1 – Acheter les matières premières et les transformer soi-même

Il s’agit là de cuisiner. Rien de bien sorcier, même pour les novices en la matière. Aujourd’hui, internet propose une mine de blogs et sites qui aideront tous les profils à cuisiner selon leurs goûts et surtout, selon le temps que chacun puisse consacrer à la cuisine !

Les avantages : cela revient moins cher, c’est plus sain car les doses de graisses sucres, sel etc.. sont à la convenance de chacun et on en retire une profonde satisfaction !

Les inconvénients : il faut de la volonté, du temps et parfois, de l’idée pour varier les repas.

 

2 – Acheter « en vrac »

Bien que nombre de grandes surfaces ne proposent pas « le vrac », dans certaines épiceries ou magasins bio, il est facile de trouver ce genre de rayon. Le prix au kilo est largement moins cher qu’en conditionnement.

Les avantages : c’est moins cher (idem pour les produits bio en vrac !)

Les inconvénients : parfois pas pratique à stocker, peu d’endroits proposent le « vrac » et on ne trouve pas forcément tous les aliments basiques.

 

3 – Limiter sa consommation de viandes

Manger de la viande oui, mais de bonne qualité sinon rien ! La viande est très controversée, non pas pour ses incidences naturelles sur l’organisme mais parce que l’élevage du bétail n’est pas tout à fait celui que l’on connaissait avait. Nombre de bêtes ne connaissent pas l’herbe ou encore l’air pur et certains animaux n’ont même jamais vu la lumière du soleil. Piqués aux antibiotiques ou gavés avec des produits très gras et de basse qualité pour grossir plus vite, l’élevage industriel a des répercussions nocives sur la santé de l’Homme.

De ce fait, mieux vaut acheter, moins souvent, de la bonne viande chez un producteur ou chez un bon boucher, mais en ayant la garantie de la qualité du produit tout en préservant sa santé.

L’avantage : Une meilleure santé, et des plats plus goûteux avec de meilleurs morceaux de viandes

L’inconvénient : pour les carnivores purs, cela risque d’être difficile (mais pas impossible !).

 

4 – Manger des fruits et légumes de saison

C’est difficile, c’est un fait. Mais ils sont grandement plus appréciés lorsqu’ils sont attendus ! Sans compter que redécouvrir des légumes anciens dans des bons petits plats émoustille les papilles !

Il est aussi tout à fait possible de faire des bocaux l’été pour conserver certains fruits et légumes de saison (ou même de les congeler ou les déshydrater), afin de les consommer tout au long de l’année.

Enfin, pour les plus téméraires, il est également possible de faire pousser certains fruits et légumes d’été même en hiver, dans une pièce équipée de systèmes d’éclairages adaptés. La récolte est un peu moins goûteuse mais au moins, la main qui les a cultivés sait qu’elle n’a pas ajouté d’additifs !

L’avantage : Les produits sont moins « imbibés de produits chimiques » et il est plus facile de prendre du plaisir à déguster un bon fruit de saison, lorsqu’on l’a attendu toute l’année

L’inconvénient : certaines saisons sont « pauvres » en fruits et légumes, et pour ceux qui sont réticents aux légumes verts ou aux choux, l’hiver s’annonce bien difficile..

 

5 – La gourmandise fait mal au porte monnaie

Généralement, les petits en-cas, les gâteaux, les bonbons, les barres chocolatées etc.. sont excessivement chers pour ce qu’ils sont et surtout inutiles (ils ouvrent l’appétit). Certes, c’est très bon au goût mais pas vraiment (sur du long terme) sur la santé. Il faudra faire preuve d’auto-persuasion et de grande motivation, mais cela est un exercice comme un autre. Au bout d’un certain temps, il y a du résultat.

L’avantage : Aide à pulvériser les bourrelets disgracieux et aide à une meilleure hygiène de vie

L’inconvénient : Il y a des machines distributrices partout, la tentation est forte..

 

6 – Cultiver soi même

Il est tout à fait possible de cultiver des petites choses chez soi. Les herbes aromatiques par exemple peuvent se cultiver dans une cuisine. Il en va de même pour des petits plans de tomates cerises et les salades. Le petit plus, c’est le balcon ou le jardin, c’est certain. Mais tout est faisable et en plus c’est tellement agréable (surtout pour les enfants !).

L’avantage : C’est plus sain, les produits sont meilleur qualité

L’inconvénient : Il faut s’en occuper et avoir un espace pour cultiver

 

7 – Rencontrer des producteurs aux marchés

Il n’y a pas de secret : pour manger sainement, il faut des produits sains. Et l’un des rares endroits où l’on en trouve encore un peu, c’est le marché. De plus la proximité avec l’éleveur ou le producteur, permettra de mettre tout le monde en confiance. D’autre part, il est agréable de flâner dans les allées des marchés : il y a toujours quelque chose à grignoter et de bons produits à ramener à la maison.

Enfin, pour les lève-tard, les fins de marchés sont intéressantes, dans le sens où les producteurs baissent leurs prix pour éviter de ramener du stock !

L’avantage : Cela permet de rencontrer les producteurs sans intermédiaire et discuter avec eux, sans compter que cela fait une sortie hebdomadaire.

L’inconvénient : quand il fait froid ou qu’il pleut, cela peut être désagréable si le marché n’est pas couvert.

 

8 – Cuisiner en grandes quantités

C’est tout bête, mais le fait de cuisiner en grandes quantités est très économe. Il suffit de congeler les restes par portions (souvent directement dans des sac de congélation), pour les ressortir les jours de flemme ou lorsque le temps manque.

L’avantage : Quand y’en a pour un, y’en a pour deux !

L’inconvénient : il faut avoir de la place dans le congélateur et tous les plats ne se congèlent pas forcément.

 

9 – Boire, boire et re-boire

Il est impératif de boire pour être en forme et garder la « machine » en bon état de marche, surtout pour des sportifs. Boire de l’eau est essentiel et nécessaire pour l’Homme, sans compter que consommer de l’eau comble les fringales. Boire au moins 1,5L d’eau par jour (surtout aux heures des petits creux) aide à ne pas succomber à des sucreries inutiles.

L’avantage : une meilleure santé physique, une plus jolie peau et une élimination des toxines naturelle

L’inconvénient : les aller-retour intempestifs au petit coin..

 

10 – Prendre le temps de savourer

Manger sur le pouce en moins d’une demi heure n’est pas réellement l’idéal. Déjà parce qu’après avoir englouti un repas vite fait, il reste bien souvent sur l’estomac, mais aussi parce que la faim revient plus vite !

Prendre conscience de la nourriture consommée (sans passer des heures à mâcher sa bouchée) permettra de moins manger, de mieux digérer et de ne pas succomber au grignotage deux heures plus tard. A noter : il faut un minimum de 3 – 4 heures entre chaque repas, environ 12 secondes en moyenne entre chaque bouchée et 23 mouvements de mastication sur une seule et même bouchée.

 

L’avantage : en prenant le temps de manger, il est plus facile de prendre conscience de ce que l’on avale, mâcher est fastidieux et nombre de personnes ne finissent pas leurs assiettes, ce qui permet de limiter les quantités consommées.

L’inconvénient : pour ceux qui travaillent beaucoup et n’ont pas le temps de se « poser » 30 minutes, il est difficile de faire cet exercice.

Partager cet article

Repost0
10 février 2014 1 10 /02 /février /2014 19:04

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
10 février 2014 1 10 /02 /février /2014 00:07

 





Personnellement je suis végétarienne depuis des années.


Mais lorsque je pense aux millions de parents qui pensent donner une viande de bonne qualité à leurs enfants des blancs de poulets ou des “nuggets”... Cela me fait froid dans le dos. Alors si vous mangez encore du poulet industriel et que vous n’avez pas la chance de pouvoir acheter du poulet BIO et de bonne qualité, dont vous pouvez vérifier les conditions d’élevage, je ne peux que vous conseiller de regarder dans sa totalité le reportage qui suit car aucune chaîne nationale en France ne vous montrera ça !

 

Voici le reportage anglais et doublé en français

 

Je suis persuadée que vous ne regarderez jamais plus les produits à base de “poulet” de la même manière... Lorsque le reportage vous révèle les composants de la poudre blanche additionnée à l’eau, vous remarquerez facilement que parmi d’autres additifs du GMS (E621) est aussi injecté dans ces pauvres morceaux de viande blanche !

LE POULET POURRAIT DONC ÊTRE NEUROTOXIQUE !

 

Voici un ancienne page de publicité concernant la préparation de certains “nuggets(Format PDF)
Faites attention à la consommation des poulets braisés ou fumés ! Regardez ceci ! (Format PDF)

 

LES PARENTS DÉSIRANT VOIR GRANDIR LEURS ENFANTS DEVRAIENT REGARDER CE REPORTAGE CHOQUANT ET AUSSI REMARQUER QUE DU E621 EST INJECTÉ DANS LES BLANCS DE POULETS !

Une fois que vous aurez ouvert les yeux sur cette lugubre vérité, mangeriez-vous ceci ?

 

Diaporama au lien ci-dessous :


http://www.santeendanger.net/dossiers_pouletE621.html

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
9 février 2014 7 09 /02 /février /2014 21:05

 

 

 

 

 

 

Antonin Iommi-Amunategui | Blogueur, auteur

 

 

 

Un viticulteur épand des pesticides sur des vignes à Meursault (SUPERSTOCK/SUPERSTOCK/SIPA)

Le biologiste Gilles-Eric Séralini, déjà à l’origine de l’étude controversée mettant en cause le maïs OGM NK 603 et le pesticide Roundup de Monsanto en 2012, remet le couvert. Avec ses collègues de l’université de Caen et du Comité de recherche et d’information indépendantes sur le génie génétique (Criigen), il signe cette fois une étude sur la toxicité des pesticides sous leur forme commerciale – c’est-à-dire assaisonnés d’adjuvants – et non plus limitée à la substance active, jusqu’alors seule prise en compte.

Différence notable : un institut public légitime cette nouvelle étude.

Jusqu’à « 1056 fois plus toxique » qu’annoncé

Le plan Cancer d’Hollande zappe les facteurs environnementaux

Pendant ce temps, François Hollande a dévoilé le plan Cancer 2014-2018 qui « zappe » les facteurs environnementaux, tels que les pesticides.

Les résultats de l’étude de Séralini en mettent à nouveau plein la vue : dans leur composition intégrale, les pesticides seraient de « 2 à 1 000 fois plus toxiques » pour les cellules humaines que lorsqu’ils sont considérés à partir de leur seule substance active.

Elle conclut que sur neuf des « principaux » pesticides utilisés dans le monde (dont le Roundup), « huit formulations sont clairement en moyenne des centaines de fois plus toxiques que leur principe actif ». Et jusqu’à « 1 056 fois plus toxique » pour le pesticide à base de tébuconazole (un fongicide autorisé en France).

En cause, selon Séralini et ses équipes, les adjuvants, qui « sont souvent confidentiels et déclarés comme inertes par les fabricants ».

Une étude automatiquement controversée

Les résultats de cette nouvelle étude pâtissent du statut controversé du professeur Séralini, dont la précédente étude choc avait été publiée puis retirée de la revue Food and Chemical Toxicology, celle-ci estimant que « les résultats présentés, s’ils ne sont pas incorrects, ne permettent pas de conclure ».

De même, l’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) en avait contesté les protocoles, le nombre de sujets étudiés (200 rats) étant jugé trop faible.

 

L’Anses notait néanmoins alors « l’originalité de cette étude » abordant le sujet, « jusqu’ici peu étudié », des effets à long terme (deux ans, en l’occurrence) des OGM associés aux pesticides.

Séralini affirmant de son côté que la marche arrière de Food and Chemical Toxicology était motivé par l’arrivée dans le comité éditorial de la revue de Richard Goodman, un biologiste ayant travaillé pour Monsanto.

L’Inserm alerte sur la question des adjuvants

Voir le document

 

(Fichier PDF)

Mais cette nouvelle étude de Séralini sur la toxicité effective des pesticides en formulation, publiée dans la revue Biomed Research International, fait cette fois écho au récent rapport de l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm).

 

En juin dernier, dans une longue publication [PDF] consacrée aux effets des pesticides sur la santé, l’Inserm avait déjà alerté sur la question des adjuvants, confirmant que ces derniers « peuvent posséder leur propre toxicité ou interférer avec la substance active ».

Ce que l’étude de Séralini prétend aujourd’hui brutalement démontrer. Ce qui contredit également Eugénia Pommaret, directrice de l’Union des industries de la protection des plantes (Uipp), perçue comme le « lobby des fabricants de pesticides », lorsqu’elle déclare :

« Tous les pesticides étudiés dans la publication [de Séralini] ont déjà été pleinement évalués avec des études de toxicité in vivo. Ces études doivent confirmer l’absence d’augmentation significative de la toxicité de la formulation par rapport à la toxicité de la substance active seule. »

Mme Pommaret

Source : http://www.notre-planete.info/actualites/3936-pesticides-1000-fois-plus-toxiques

Mme Pommaret

Source : http://www.notre-planete.info/actualites/3936-pesticides-1000-fois-plus-toxiques,

« Ce qui est testé n’est pas ce qui est employé »

L’association Génération Futures, qui mène un combat de longue date contre les pesticides, s’est félicitée de cette nouvelle étude :

« [Elle] remet en cause le mode de calcul des doses journalières admissibles calculées aujourd’hui à partir de la toxicité de la substance active seule, ainsi que la procédure d’évaluation du risque des pesticides qui ne prévoit pas l’obligation de tests pour la toxicité chronique des pesticides en formulation. »

Son porte-parole, François Veillerette, a ensuite réagi à la communication de la directrice de l’Uipp :

« C’est d’autant plus inacceptable que l’Anses elle-même a relevé le manque des tests sur les effets chroniques des pesticides tels qu’ils sont vendus et utilisés. Ce qui est testé n’est pas ce qui est réellement employé par les agriculteurs. »

Pesticides : un manque de transparence avéré

Au terme de son rapport de 150 pages, l’Inserm – établissement public hors de tout soupçon de partialité – soulignait déjà « le manque de transparence en termes de composition intégrale des produits (adjuvants) pour des raisons de secret industriel ».

Joint au téléphone, Xavier Coumoul, cosignataire de ce rapport, spécialisé en pharmacologie et toxicologie, confirme la légitimité de l’étude de Séralini :

« Il est évident qu’il est nécessaire d’avoir accès à la formulation précise des pesticides. Et si Séralini en arrive à des résultats d’une telle ampleur, ça légitime qu’on y ait accès. Pour ma part, je n’ai jamais eu complètement accès aux formulations. »

http://rue89.nouvelobs.com/2014/02/09/les-pesticides-deux-a-mille-fois-plus-toxiques-quannonce-249637

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
7 février 2014 5 07 /02 /février /2014 23:59

 



7 février, 2014

Posté par Benji sous Écologie, environnement et animaux, Médical et alimentation

3 commentaires




Et si nous étions plus nombreux à consommer des alicaments naturels? Tout en sachant éviter les pièges bien évidemment, car ceux-ci sont nombreux et souvent sournois. Par exemple, alicament qui est de plus une référence absolue dans le domaine: le miel. Même s’il faut rajouter quelques euros, veillez à acheter du VRAI miel et pas un ersatz tel qu’il en existe à foison dans le commerce… Vouloir se nourrir est une chose, mais autant le faire en connaissance de cause et en ne le faisant pas à l’aveuglette.

Bon soyons clairs: les alicaments industriels ne sont toujours idéaux pour notre santé. De plus, il se peut même, que certains soient néfastes. Pourquoi prendre ce risque inutile alors qu’il existe des aliments naturels très bons pour notre santé? Ils font parti de notre quotidien et possèdent de grandes vertus thérapeutiques. Pourtant, la plupart du temps nous passons à côté sans y faire attention. Voilà quelques conseils pour manger plus sainement en protégeant votre santé.
=>Astuce santé : Des aliments sains et bon pour nous!

feve_cacao_1_* La fève de cacao:

« La fève de cacao est un phénomène que la nature n’a jamais répété; on a jamais trouvé autant de qualités réunies dans un si petit fruit » cite Alexandeur Von Humbolt. Peu de personne se doute des réelles vertus de ce petit mystère et pourtant… que ce soit pour le moral ou le physique, elle nous tient en forme! notamment grâce à des substances comme de la phényléthylamine qui a un rôle de neurotransmetteur et d’antidépresseur ou encore les flavonoïdes qui se comportent comme des antioxydants.
Et il n’est pas difficile de trouver un aliment qui contient de la fève de cacao , vous avez tous sûrement une idée…

=> Tout les secrets du chocolat http://www.phytoforme.comwww.phytoforme.com/dossiers/magnesium-chocolat-feve-de-cacao.htmlmagnesium-chocolat-feve-de-cacao.html
x_art_alicaments_miel_02d9d_1_* Le miel: En plus d’être savoureux le miel est dôté de mille vertus pour notre santé , que se soit contre le rhume , les problèmes digestifs, la fatigue ou même encore comme cicatrisant découvrez tous les bienfait du miel . Et si, quand vous sucrez votre thé ou votre tisane vous optiez pour le miel? Comment hésiter entre ces deux douceurs quand on sait que le miel composé d’une majorité de fructose et glucose,avec son fort pouvoir sucrant et son faible apport en calories possède bien plus de vertus du fait de sa composition , riche notamment en sels minéraux , oligaux élément, vitamine B et de nombreux autres composé organiques complexes?
=> tous les secrets du miel sont présentés dans ce site : http://www.medisite.frwww.medisite.fr/aliments-et-vertus-sante-le-miel-des-extraordinairesaliments-et-vertus-sante-le-miel-des-extraordinaires.1631.74.html?page=0,0
ail_1_*L’ail : En outre de parfumer nos plats, l’ail possède des vertus reconnues depuis l’antiquité, il est à la fois curatif et préventif  anti-coagulant et pourrait même favoriser la respiration. L’ail possède aussi un puissant pouvoir bactéricide , mais c’est avant tout sa concentration en huiles essentielles, en glucides, en vitamines, en sel minéraux et en oligo-éléments qui en font un produit incontournable pour notre santé.
=> tout sur les secret de l’ail : http://fr.healthnews.comfr.healthnews.com/remedes-naturels-bienfaits-aliments-ailremedes-naturels-bienfaits-aliments-ail-2009-06-26
20_1_* Les fruits et légumes: depuis 2001 les pouvoirs publics se sont promis de nous faire manger au moins cinq fruits et légumes par jour et l’idéal est de suivre les variétés de saison. Les fruits et légumes préviennent le surpoids, protègent le coeur et les vaisseaux, fortifient les os, préservent du cancer. Si une dose minimale de cinq fruits et légumes par jour est nécessaire pour profiter de leurs effets, et si atteindre une telle quantité semble difficile, pourquoi ne pas les consommer sous forme de soupes et de jus de fruits.
=> Tous les secrets des fruits et légumes: http://www.doctissimo.frwww.doctissimo.fr/html/nutrition/mag_2002/mag0201/nu_5096_allies_cancer.htm
piment*Le piment: Que dire du piment qui croqué ou trop versé dans les plats peut faire rougir non pas de plaisir, mais mettre le feu à nos palais? Le piment originaire d’Amérique du sud et d’Amérique centrale est excellent pour soigner la grippe, rhume, et prévenir les maladies cardio-vasculaires. De plus c’est un anti bactérien, anti-septique, diurétique, sudorifique, et digestif. Attention bien qu’il possède de grandes vertus pour la santé ,ne pas l’appliquer sur une plaie.
=> Tous les secrets du piment : http://www.moun.comwww.moun.com/articles.asparticles.asp?art=11507
x_art_alicaments_huile_d_olive_00980_1_*L’huile d’olives: Le régime crétois lui a offert une place de choix. Ce régime santé et son efficacité ne sont plus à démontrer. L’huile d’olive est bonne pour le coeur ! Privilégiez, l’huile d’olive vierge à l’huile d’olive raffinée qui possède moins d’anti-oxydants. Quant aux autres huiles végétales, leur teneur en vitamine E vous protégera (davantage) contre les risques cardio-vasculaires.
=> Tout les secrets de l’huile d’olives: http://www.aceitesandua.com/fran/info.html
x_art_alicaments_tomates_abc81_1_*La tomate:Puissant anti-oxydant, ce fameux lycopène qui donne sa couleur rouge à la tomate, s’attaque aux radicaux libres, responsables en parti du vieillissement, de certaines maladies coronariennes et de certains cancers. Et c’est tant mieux puisqu’elle nous offre de nombreuses recettes. Des tomates-cerises ou des tomates en grappe, qu’elles soient crues ou cuites, les idées ne manquent pas !
=> Tous les secrets de la tomates : http://www.ra-sante.comwww.ra-sante.com/les-bienfaits-de-la-tomate-sur-la-sante.htmlles-bienfaits-de-la-tomate-sur-la-sante.html
14092008_dietetique_manger_du_poisson_durant_la_grossesse_aiderait_au_developpement_de_l_enfant_1_* Le poisson: Source de protéines et riche en fer, le poisson se distingue par une excellente valeur énergétique et une bonne digestibilité. Sa teneur élevée en acides gras poly-insaturéspoly-insaturés, dits Oméga 3, favorise le bon fonctionnement du système cardio-vasculaire, et contribue à la croissance et au renouvellement de nos cellules. La consommation régulière de poisson pourrait réduire les risques de maladies cardio vasculaires et réduit la quantité de mauvais cholestérol dans le sang.
=> Tous les secrets du poisson : http://www.alimentationzoom.comwww.alimentationzoom.com/Les-bienfaits-du-poissonLes-bienfaits-du-poisson-272.htm
Et la liste est encore longue! Nous ne nous rendons pas toujours compte des bienfaits que nous apporte la nature et de la multitude de possibilités qu’elle nous offre pour protéger notre santé avec des aliments simples, bons et accessibles à tous. Après ce bref aperçu , nous vous conseillons de vous reporter au dernier article de ce blog où vous sont présentés des ouvrages qui vous guideront dans votre quête aux alicaments naturels!
*Sur ces sites vous trouverez de nombreux alicaments naturels ainsi que des conseils pour bien les consommer :
http://www.delices-defrance.comwww.delices-defrance.com/article/66-les-alicaments-se-soigner-en-mangeant.htmlles-alicaments-se-soigner-en-mangeant.html?pageArticle=1
http://www.medisite.frwww.medisite.fr/aliments-et-vertus-sante-les-miraclealiments-et-vertus-sante-les-miracle.1348.74.html?page=0,0
Source: Alicaments.canalblog.com

 

http://lesmoutonsenrages.fr/2014/02/07/les-alicaments-naturels-sans-superflu-bon-pour-notre-sante/

 

 

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : florilege2613.over-blog.fr
  • florilege2613.over-blog.fr
  • : Pour un monde meilleur POUR TOUS
  • Contact

Profil

  • florilege2613.over-blog.fr
  • Charisme, je rêve d'un monde meilleur, ma célébrité préféré : Hugo Chavez, Thomas Sankara, Che Guevara, Robespierre, l'Abbé Pierre

Recherche

Archives

Liens