Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 avril 2014 2 22 /04 /avril /2014 23:46

 

  1. Le corbeau déchaîné

  • 21 avril 2014

     

Décryptons ensemble les ingrédients des produits du quotidien dont il vaudrait mieux se passer.

Le décryptage précédant : le gel douche Axe

Aujourd’hui, le gel douche Sanex 0% :

sanex5Aqua, glycerin, sodium laureth sulfate, cocamidopropyl betaine, sodium chloride, coco-glucoside, parfum, sodium lactate, lactic acid, glyceryl oleate, sodium benzoate.

Liste non exhaustive des ingrédients néfastes dans ce produit :

– Glycerin : solvant et humectant de synthèse. Peut irriter à forte dose. Propriétés laxatives, risques de nausées et de migraines.

– Sodium laureth sulfate : agent moussant utilisé avec récurrence dans les gels douches et les shampoings. 3e ingrédient le plus présent dans ce produit, pour un gel douche soit-disant fait pour les « peaux sensibles ». Desséchant, irritant, extrêmement agressif pour les muqueuses. Allergène, cancérigène.

– Cocamidopropyl betaine : agent émulsifiant et stabilisateur. Nuisible pour l’environnement comme pour votre corps. 4e ingrédient du produit et encore une substance potentiellement nocive. Risque de réaction avec d’autres substances et de formation de nitrosamine, un composé chimique connu pour être très cancérigène.

– Parfum : ensemble de produits chimiques pouvant déclencher allergies, asthme, irritations. Très souvent cancérigène et neurotoxique. Tant que la nature de cette appellation ne sera pas dite clairement, il vaudra mieux s’en méfier.

– Sodium lactacte : épaississant et correcteur d’acidité. C’est un dérivé de l’acide lactique qui est déconseillé aux femmes enceintes et aux enfants. Souvent chimique.

– Sodium benzoate : conservateur chimique et dérivé de l’acide benzoïque. Risques d’éruptions cutanées, d’asthme et d’hyperactivité. Nocif pour le foie.

Conclusion :

Un gel douche qui m’a été demandé plusieurs fois et que j’avais à cœur d’analyser étant donné la façon dont il est vendu : « Bon pour l’environnement, bon pour votre peau et recommandé pour les peaux sèches ».
Qu’en est-il réellement ? C’est plutôt mitigé.

Pour un produit se vantant d’être adapté à des peaux sensibles et sèches, sa composition cumule les substances irritantes et desséchantes. Il y a bien pire en terme de gel douche, celui-ci ayant un nombre d’ingrédients réduits et quelques-uns des plus nocifs ont été évité.

Mais il ne serait certainement pas conseillé aux personnes souhaitant hydrater leur peau.
Ce produit est mieux que d’autres sans être bon pour autant. Il sera toujours préférable de privilégier des savons type « savon d’Alep » ou « savon noir » pour les peaux sensibles. Le savon de Marseille étant à éviter pour les peaux sèches.

Ne vous laissez pas influencer par des pubs prometteuses et par de beaux slogans, soyez attentifs aux détails car c’est l’accumulation de ces petites choses qui, sur le long terme, nuiront à votre santé.

Si vous souhaitez que j’analyse un produit en particulier, contactez-moi : renegat.croah@gmail.com

 

http://croah.fr/corbeau-dechaine/le-gel-douche-sanex-0-decryptage-des-produits-du-quotidien-n7/

Partager cet article

Repost0
13 avril 2014 7 13 /04 /avril /2014 22:41


Les jolies fleurs du calendula donnent une huile toute douce !

L’huile de calendula, ou plus précisément le macérât huileux de fleurs de souci, est un soin cosmétique idéal en cette période de frimas.

Apaisante, anti-inflammatoire et particulièrement adaptée aux peaux sèches ou irritées, le macérât de calendula est un must absolu pour nos recettes de baumes, de crèmes et d’huiles de soin en cas d’eczéma, de peau atopique ou de sensation d’inconfort. Je vous en parlais d’ailleurs déjà dans mon livre « Adoptez la Slow Cosmétique » .

Petit plus, il est parfaitement adapté aux soins de bébé et à la femme enceinte, autant qu’aux adultes en quête de douceur…

Je vous propose ci-dessous un dossier complet sur cette huile que j’aime tant.

Et avec des conseils pour les soins de bébé et des recettes beauté en prime !

Huile de Calendula ? De quoi parle-t-on ?

Le macérât huileux de calendula est reconnu comme l’une des huiles végétales les plus douces, les plus apaisantes et anti-inflammatoires qui soit. On l’utilise traditionnellement dès que la peau est meurtrie par une irritation, une rougeur, une brûlure légère.

Les fleurs de souci macèrent dans l’huile

Une petite fiche d’identité de cette huile pour bien comprendre son action :

Fabrication : macération des fleurs de souci (calendula officinalis) dans une huile stable (tournesol, olive, sésame, cela dépend de la marque), puis filtrage. En un peu plus d’un mois, les jolies fleurs de souci à la couleur orangée ont libéré dans l’huile des vitamines et des phytostérols qui rendent cette huile protectrice, apaisante et anti-inflammatoire. On peut en fabriquer soi-même, ou la trouver en pharmacies et magasins bio spécialisés.

Sensibilité à l’oxydation : relativement sensible à l’oxydation, cette huile doit être consommée dans le respect de la date de préemption indiquée sur l’emballage ou dans les 6 mois si elle est faite maison (voir recette ci-dessous).

Profil Organoleptique : liquide huileux de couleur jaune orangé. Odeur très discrète et neutre. Toucher onctueux et relativement bien pénétrant.

Utilisation : Exclusivement cosmétique.

Composition : Elle dépend de l’huile de base de macération. Généralement, on y trouve plus de 50% d’acide gras essentiel poly-insaturé (linoléique) oméga 6. Plus de 35% d’acide gras mono-insaturé (oléique) oméga-9. Plus de 10% d’acides gras saturés (acide stéarique et palmitique). Ce macérât contient des esters de faradiol, qui rendent l’huile anti-inflammatoire et anti-oedémateuse. On retrouve aussi de nombreux caroténoïdes qui donnent une couleur orangée à l’huile et sont de bons antioxydants, tout comme les flavonoïdes également présents.

On peut la fabriquer soi-même ?

Oui ! Et je vous donne la recette ci-dessous ! Attention, moi je ne suis pas spécialement partisan du fait maison pour cette huile car je trouve que le prix n’en est pas exagéré dans le commerce. Et si on a un souci dermatologique, on est aussi sensé en avoir besoin immédiatement.
Or, la fabrication nécessite du temps. Par contre, c’est un plaisir très slow évidemment que de le faire… Donc je le fais une à deux fois par an avec des fleurs séchées de chez mon herboriste. A vous de voir.

Mode de préparation d’un macérat huileux :

NOTE : Cette recette est multi-usages : à faire avec des fleurs de souci séchées (calendula), des boutons et fleurs de millepertuis séchés, des fleurs d’arnica séchées, des racines de gingembre en morceaux, des racines de carottes bio en morceaux… Renseignez-vous auprès d’un herboriste qualifié).

Prêt à être filtré !

1) Placez les plantes dans un grand bocal en verre préalablement désinfecté pour le remplir à moitié. Notez qu’on compte environ 300 gr de plantes pour 1 litre d’huile mais il n’y a pas de règle fixée. L’important est de pouvoir recouvrir les plantes avec l’huile.

2) Recouvrez les plantes d’huile réputée stable, de qualité vierge et bio (olive, tournesol, pépins de raisin…)

3) Fixez grâce à un élastique un morceau de tissu ou de papier sulfurisé sur le sommet du bocal

4) Placez le bocal dans un endroit de la maison tempéré, si possible éclairé par le soleil quelques heures par jour afin de garantir une douce chaleur à ces moments de la journée.

5) S’il apparaît que le niveau d’huile a baissé fortement après 48 heures, rajoutez un peu d’huile pour recouvrir les plantes à nouveau. Si par contre les plantes flottent à la surface, ne pas rajouter d’huile.

6) Laissez macérer pendant un mois et demi environ. Remuez le mélange en agitant doucement le bocal tous les 2 à 3 jours.

7) A la fin de la période de macération, versez le mélange plantes + huile dans un saladier recouvert d’une étamine de coton plus large que le saladier.

8) Une fois les plantes et l’huile au fond du saladier, rassemblez les coins de l’étamine afin de sortir les plantes du saladier. Pressez à plusieurs reprises l’étamine au-dessus du saladier pour extraire toute l’huile contenue dans les plantes.

9) Avec l’aide d’un entonnoir, transvasez l’huile obtenue dans un flacon parfaitement propre, si possible en verre ambré ou bleuté.

10) Fermez et conservez 6 à 7 mois à l’abri de l’air et de la lumière à température ambiante.

Que faire avec l’huile de calendula ?

- rougeurs et irritations sur bébé: toute rougeur visible sur la peau de bébé, que ce soit sur le visage ou le corps de l’enfant, peut être atténuée par la simple application de quelques gouttes de macérât huileux de calendula en massage doux sur la zone à traiter. On répète cette application jusqu’à 6 fois par jour et toujours jusqu’à amélioration visible, sans aucune contre-indication. Si bébé souffre d’érythème fessier, on peut masser sur la zone nettoyée une petite quantité de calendula tout comme de karité.

- brûlures, coups de soleil et piqûres : Vous vous êtes brûlé(e) légèrement ? Votre peau a subit un frottement qui l’a irritée ? Coup de soleil en vacances ? Un moustique est tombé amoureux de vous ? Dans tous les cas, on peut appliquer deux ou trois gouttes de macérât huileux de calendula sur la zone en souffrance. On répète cette application jusqu’à 6 fois par jour pour voir la gourme ou la rougeur disparaître comme par enchantement.

- massage tendresse : le macérât huileux de calendula apaise la peau tout en réchauffant le corps de façon enveloppante et douce. C’est donc une huile idéale pour masser un adulte ou un bébé après sa toilette ou avant le coucher. Sans odeur, cette huile ne perturbe pas bébé ni maman et permet un massage tendre et prolongé car elle pénètre progressivement.

- bain de douceur : rien ne vous empêche d’ajouter une cuillère à café de macérât huileux de calendula à votre dose de bain moussant (même pour bébé). Choisissez-le en qualité bio et sans tensio-actifs agressifs pour la peau. Mélangez la dose de produit pour le bain avec l’huile avant de la répartir dans l’eau de la petite baignoire. L’eau du bain s’en trouvera plus douce pour la peau et le bain se transformera en soin renforçant les fonctions protectrices de la peau.

- feu du rasoir : un homme qui recherche un après rasage réparateur et apaisant peut tout à fait masser sur son visage deux ou trois gouttes d’huile de calendula chauffées dans les mains après le rasage. On peut l’aromatiser avec de l’huile essentielle de lavande aspic pour un effet encore plus bluffant. Comptez alors 5 gouttes d’HE par cuillère à soupe d’huile. Cette huile sera aussi parfaite comme soin apaisant après l’épilation ou le rasage des aisselles ou du corps.

- baume anti-crevasses et anti-eczéma : L’eczéma revêt à vrai dire différentes formes et il est difficile de résumer en quelques lignes une seule recette ultime capable d’apaiser ce mal bien difficile à traiter. Ce qui est sûr, c’est que mon baume au beurre de karité et calendula apaisera les peaux les plus sèches et irritées et luttera efficacement contre les crevasses. Il est idéal pour les mains et les jambes, mais aussi pour l’arrière des oreilles et les ailes du nez, parfois touchées.

J’avais notamment fait ce baume à la télévision dans ma chronique de l’émission Sans Chichis de la RTBF (cliquez pour revoir).

Mon baume karité calendula fait des miracles

Recette du baume apaisant karité-calendula selon Julien :

1) Faire fondre au bain marie ou à feu très doux dans une petite casserole :

- 4 cuillères à soupe de beurre de karité bio
- 1 grosse cuillère à soupe de macérât huileux de calendula

2) Une fois fondu, mélangez bien avec une spatule et retirez le mélange du feu (voir photo en haut à gauche)

3) Ajoutez 10 gouttes d’huile essentielle de lavande vraie bio, 10 gouttes d’huile essentielle de ciste ladanifère, et si possible 10 gouttes d’huile essentielle de myrrhe si vous en avez trouvé. La myrrhe répare et favorise la cicatrisation, tout comme la lavande et le ciste. La lavande est en outre réputée anti-inflammatoire et elle parfume agréablement le baume. Touillez à nouveau.

4) A l’aide d’une spatule, versez dans un pot en verre ou en plastique bien désinfecté et laissez reposer 24 heures au frigo pour que le baume se fige. Il se conservera 6 à 7 mois sans problème à l’abri de la chaleur et de la lumière.

Et vous ? Quelles sont vos recettes douceur ? Connaissiez-vous le calendula ? En avez-vous au jardin ? Etes-vous déjà membre de notre association Slow Cosmétique ? Aimez vous les huiles végétales ?

Partager cet article

Repost0
29 mars 2014 6 29 /03 /mars /2014 02:03
Les vertus des fruits

Partager cet article

Repost0
29 mars 2014 6 29 /03 /mars /2014 01:53
Comment régénérer rapidement des cartilages endommagés ?

Remèdes naturels

Les déchirures du cartilage sont l’une des lésions les plus fréquentes. Elles sont souvent très douloureuses, mais on pense actuellement que l’alimentation contribue à ce que les cartilages endommagés se régénèrent plus rapidement.

Le cartilage est une charpente très souple qui sert de support à certaines structures très légères, comme le pavillon auriculaire, le nez et les articulations. Certaines zones sont particulièrement sensibles et exposées, comme les articulations des genoux, qui sont toujours les plus touchées chez ceux qui ont une activité continue et intense (comme les sportifs) ou bien chez les personnes âgées, en raison d’une détérioration dûe au vieillissement.

Comment les cartilages endommagés se régénèrent-t-ils ?

Le cartilage se régénère en fonction des aliments consommés. Les cartilages des chevilles, des genoux, des poignets, des coudes et des épaules sont souvent affectés par l’arthrite, une maladie qui est bien connue de nos jours et qui touche la grande majorité des personnes qui ont atteint la quarantaine. Il est donc nécessaire d’avoir une alimentation adéquate qui permette aux tissus cartilagineux de se régénérer rapidement.

L’un des acides aminés les plus importants pour une régénération rapide du cartilage est la lysine, dont le rôle est d’absorber le calcium et de produire du collagène pour reconstruire le tissu endommagé, et aussi d’améliorer l’aspect de la peau et de consolider les tendons.

Ce qu’en disent les chercheurs…

Une étude menée par l’Université du Maryland (UMMC) a déterminé qu’une déficience en lysine peut retarder la croissance du tissu endommagé et peut aussi freiner la régénération des cellules de la peau, ce qui empêche la reconstruction totale de la zone qui a été endommagée lors d’un accident.

La quantité de lysine journalière qu’il faut consommer pour contribuer à une réparation plus rapide du cartilage est de 12 mg (milligrammes) de lysine par kilo de poids corporel. Les aliments qui contiennent une grande quantité de lysine sont les suivants :

La vitamine C est indispensable pour augmenter les défenses de l’organisme, mais elle a aussi la fonction d’assurer la production de collagène, en permettant que le sang soit constamment oxygéné et qu’en circulant dans les artères, il fournisse aux blessures les éléments nécessaires à leur reconstruction.

Une grande carence en vitamine C peut immédiatement bloquer le processus de cicatrisation ; de fait, les êtres humains ont besoin de plus de 75 mg journaliers de cette vitamine afin d’assurer une réparation constante des parties endommagées du corps. Les aliments qui en contiennent le plus sont, entre autres, les suivants :

  • Le kiwi
  • L’orange
  • Les fraises
  • Le citron

Partager cet article

Repost0
28 mars 2014 5 28 /03 /mars /2014 00:15

BeautéBonnes habitudesRemèdes naturels

Aujourd’hui, nous allons vous donner une liste de plantes médicinales essentielles. Ces plantes ont prouvé avec le temps qu’elles pouvaient aider à traiter des dizaines de problèmes de santé. Apprenez donc à les utiliser ! Cela vous permettra de soigner diverses maladies de façon naturelle. Voici donc les 15 meilleures plantes médicinales. Souvenez-vous juste qu’avant de les utiliser, il faudra en parler à votre médecin et bien suivre ses indications.


1. L’actée à grappes noires

Il s’agit d’une plante reconnue et bien étudiée : elle est idéale pour traiter la ménopause. L’actée à grappes noires aide aussi à soulager les douleurs liées au syndrome prémenstruel. C’est une alternative naturelle aux médicaments hormonaux qui diminue les symptômes de la ménopause. On parle bien évidemment des bouffées de chaleur, des sueurs nocturnes, des sautes d’humeur, de la sécheresse vaginale et des palpitations.

On peut aussi utiliser cette plante pour remédier à la migraine. Il en va de même pour les troubles du sommeil, en particulier lorsqu’ils sont liés à la ménopause. L’actée à grappes noires est un anti-inflammatoire. Elle peut donc s’utiliser pour soulager les symptômes de l’arthrite. Avant d’utiliser l’actée à grappes noires, nous vous recommandons tout de même de consulter votre médecin.

2. L’igname sauvage

Un tonique hépatique vraiment classique. L’igname sauvage équilibre les hormones et soulage donc les nausées matinales. Il faut chercher des sources cultivées, car elle a été surexploitée dans la nature. On croit souvent que l’igname sauvage facilite la fertilité chez les femmes. Or, une étude a montrée que non. D’après la Société Américaine du Cancer, l’igname sauvage seule ne produit pas de progestérone dans le corps. Elle n’a donc aucun effet sur la fertilité !

3. La queue de lion

La queue de lion est souvent utilisée pour soigner l’anxiété ou l’insomnie, car elle agit comme un analgésique. D’ailleurs, elle a de grand pouvoir sédatifs, c’est donc un très bon antiarythmique ! Elle atténue les tachycardies et les palpitations. On utilise aussi la queue de lion comme ocytocique. Elle favorise l’évacuation de l’utérus en stimulant les contractions du myomètre. Cette plante est également utilisée pour les troubles de rythme cardiaque d’origine nerveuse. Elle apporte aussi son aide dans l’hyperthyroïdie.

4. La sauge

Elle aide la digestion, contre l’asthme, les infections bactériennes et fongiques, la bile et les piqûres. La sauge calme et stimule le système nerveux, et elle soulage le rhume et la toux. L’huile essentielle extraite de sauge améliore la concentration. Elle peut jouer un rôle très important dans les traitements contre la perte de mémoire liée à la maladie d’Alzheimer.

Elle est également utilisée de façon externe comme rubéfiant pour apaiser les maux douloureux tels que la raideur musculaire, les rhumatismes et les névralgies. Elle aide également à soulager la nervosité, l’anxiété, les maux de tête, le stress et la fatigue. Elle ne doit pas être utilisée chez les femmes enceintes ou chez celles qui allaitent. Les personnes qui ont des crises d’épilepsie doivent aussi éviter la sauge. Cette plante peut être toxique lorsqu’elle est prise en excès ou bien lorsqu’on la consomme de façon prolongée.

5. La verveine bleue

La verveine a été très utile pour les guérisseurs avec les plantes pendant de nombreux siècles. Pourtant, il y a très peu d’études sur les humains à son sujet. Les propriétés curatives de la verveine s’attribue principalement à son effet amer et stimulant sur le foie. Elle agit aussi sur d’autres organes. D’ailleurs, on connait très bien son effet relaxant sur le système nerveux.

C’est une plante utile dans de nombreuses maladies. C’est un calmant pour la douleur et un tranquillisant naturel. Il s’agit aussi d’un expectorant utilisé pour traiter la bronchite chronique, et c’est aussi un anti-rhumatismes employé pour les douleurs articulaires. Les herboristes considèrent que la verveine est particulièrement utile lorsque la dépression est liée à une maladie chronique. Elle a aussi un autre bénéfice : elle peut aider à soigner n’importe quel dommage produit dans le foie.

6. Le ginseng

Le ginseng s’utilise comme un tonique général chez les herboristes occidentaux modernes. Il en va de même chez les médecins chinois traditionnels. On pense que cela stimule et fortifie le système nerveux central en cas de fatigue, d’effort physique, de faiblesses à cause de maladies ou de blessures, et aussi en cas de stress émotionnel prolongé. L’affinité du ginseng avec le système nerveux, ainsi que sa capacité à promouvoir la relaxation, fait que cette plante est très utile pour les maladies liées au stress. On parle par exemple de l’insomnie ou de l’anxiété.

Les sportifs peuvent bénéficier de l’utilisation de ginseng pour obtenir une meilleure résistance. Il est également connu pour être un aphrodisiaque et une tonique sexuel ! En effet, il permet de maintenir les organes de reproduction et le désir sexuel chez les personnes âgées. Il aide aussi à prévenir ou guérir la dysfonction érectile liée à la maladie de la prostate ou au stress. Diverses études faites sur les animaux et sur l’homme ont démontré que le ginseng peut également réduire l’apparition du cancer.

7. La schisandra

La schisandra est utilisée pour augmenter la résistance aux maladies et au stress ; elle augmente l’énergie, la performance physique et la résistance. La schisandra est également utilisée pour prévenir le vieillissement prématuré, et elle augmente l’espérance de vie. Elle permet la normalisation du sucre dans le sang et de la pression sanguine. Elle stimule le système immunitaire et augmente la vitesse de récupération après une intervention chirurgicale.

Cette plante est également utilisée pour traiter les maladies du foie (hépatite) et pour protéger cet organe. Mais ce n’est pas tout : la schisandra s’utilise aussi dans le traitement de l’hypercholestérolémie, de la toux, de l’asthme, des problèmes de sommeil (insomnie) et des douleurs nerveuses. Elle nous aide aussi pour le syndrome prémenstruel, la diarrhée chronique, la dysenterie, les sueurs nocturnes, la transpiration spontanée, la dysfonction érectile, l’épuisement physique, la dépression, l’irritabilité et la perte de mémoire.

Certaines personnes utilisent cette liane chinoise pour améliorer leur vision, se protéger contre les radiations, prévenir les infections, augmenter l’énergie au niveau cellulaire, contrer les effets du sucre et améliorer la santé des glandes surrénales.

8. L’aubépine

L’aubépine est utilisée pour les maladies du cœur et celles des vaisseaux sanguins, telles que l’insuffisance cardiaque congestive, la douleur thoracique ou bien l’arythmie cardiaque. Elle est également utilisée pour traiter une pression artérielle basse ou élevée, l’artériosclérose et l’hypercholestérolémie. Jusqu’à présent, les recherches effectuées suggèrent que l’aubépine peut être efficace dans le traitement de l’insuffisance cardiaque congestive. Mais il n’y a pas eu assez de recherches sur d’autres problèmes cardiaques pour savoir si elle est vraiment efficace et peut être utilisée pour le cœur.

Certaines personnes utilisent l’aubépine pour atténuer les problèmes liés au système digestif, comme l’indigestion, la diarrhée et les douleurs à l’estomac. Elle est également utilisée pour réduire l’anxiété, car elle agit comme un sédatif. Elle permet aussi d’augmenter la production d’urine et s’utilise en plus pour les troubles menstruels. L’aubépine est même utilisée pour traiter les ténias et autres infections intestinales.

9. Le pissenlit

Le pissenlit est utilisé pour de nombreuses maladies, mais jusqu’à présent, il n’y a pas suffisamment de preuves scientifiques pour déterminer si oui ou non il est vraiment efficace pour l’une d’elles.

Le pissenlit est utilisé pour la perte d’appétit, les maux d’estomac, les gaz intestinaux, les calculs biliaires, les douleurs articulaires, les douleurs musculaires, l’eczéma et les ecchymoses. Le pissenlit est également utilisé pour augmenter la production d’urine. On s’en sert aussi comme laxatif pour stimuler les mouvements de l’intestin. Il est également utilisé comme tonique pour la peau, le sang et le système digestif.

Certaines personnes utilisent le pissenlit pour traiter des infections, en particulier les infections virales et le cancer. Dans les aliments, le pissenlit est utilisé dans les salades vertes et les soupes, ainsi que dans les vins et les thés. La racine cuite du pissenlit est utilisée comme substitut du café.

10. Le vitex

Le vitex Agnus castus est parfois appelé la plante des femmes. Cette plante est utilisée pour les problèmes d’irrégularités du cycle menstruel et pour le syndrome prémenstruel. On s’en sert aussi pour une forme grave du syndrome prémenstruel, le trouble dysphorique prémenstruel. Le vitex est également employé pour les symptômes de la ménopause. Il est aussi utilisé pour le traitement des douleurs fibrokystiques. On s’en sert aussi pour prévenir les fausses couches chez les femmes ayant de faibles taux de progestérone, et il permet aussi d’augmenter le lait maternel.

Certains hommes utilisent le vitex Agnus castus pour plusieurs raisons : augmenter le flux d’urine, traiter l’hyperplasie bénigne de la prostate et réduire le désir sexuel. Les historiens disent que les moines mâchaient cette plante pour réussir à maintenir leur célibat.

Le vitex Agnus castus est également utilisé pour l’acné, la nervosité, la démence, les problèmes articulaires, le rhume, les maux de ventre, les troubles de la rate, les maux de tête, la migraine, les douleurs oculaires, les inflammation et les ballonnements. Certaines personnes s’appliquent du vitex Agnus castus sur la peau pour éliminer les organismes nuisibles et prévenir les morsures et les piqûres.

11. La réglisse

La réglisse est utilisée pour divers troubles gastro-intestinaux tels que les ulcères d’estomac, les brûlures d’estomac, les crampes et l’inflammation continue de la muqueuse de l’estomac (gastrite chronique). Certaines personnes utilisent la réglisse pour les maux de gorge, la bronchite, la toux et les infections par des bactéries ou des virus. La réglisse est également utilisée pour l’arthrose, le lupus érythémateux systémique, les troubles du foie, le paludisme, la tuberculose, l’intoxication alimentaire et le syndrome de fatigue chronique.

12. Le gingembre

Le gingembre est couramment utilisé pour traiter différents types de problèmes d’estomac, mais aussi des étourdissements, des nausées, des crampes, des maux d’estomac, des gaz, de la diarrhée, des nausées causées par le traitement du cancer, des nausées et des vomissements après la chirurgie, et la perte d’appétit.

D’autres utilisations de cette plante permettent de soulager la douleur de l’arthrite ou les douleurs musculaires, les douleurs menstruelles, les infections des voies respiratoires supérieures, la toux et la bronchite. Le gingembre est aussi parfois utilisé pour des douleurs thoraciques, des maux de dos et des douleurs d’estomac.

Certaines personnes versent le jus frais de cette plante sur la peau pour traiter les brûlures. L’huile à base de gingembre est parfois appliquée sur la peau pour soulager la douleur. Dans les aliments et les boissons, le gingembre est utilisé comme un agent aromatisant. L’un des produits chimiques dans le gingembre est également utilisé comme ingrédient dans les laxatifs, les anti-acides et les médicaments contre les gaz.

13. L’ortie

L’ortie est utilisée pour de nombreuses maladies, mais jusqu’à présent, il n’y a pas suffisamment de preuves scientifiques pour déterminer si elle est efficace pour l’une d’elles. La racine d’ortie est utilisée pour les problèmes urinaires liés à la prostate. Ces problèmes comprennent la miction nocturne, le besoin d’uriner trop souvent, la miction douloureuse, l’incapacité d’uriner et la vessie irritée.

La racine d’ortie est également utilisée pour les maladies des articulations, et c’est un diurétique et un astringent. Les parties supérieures de la racine sont utilisées avec une grande quantité de fluide dans la thérapie d’irrigation. Il s’agit de soigner les infections urinaires, l’inflammation du tractus urinaire et les calculs rénaux. Les parties supérieures sont également utilisées pour les allergies, le rhume des foins et l’arthrose.

Certaines personnes utilisent les sommets de l’ortie pour soigner une hémorragie interne, y compris une hémorragie utérine, nasale ou intestinale. Ces parties sont également utilisées pour l’anémie, la mauvaise circulation sanguine, la rate, le diabète et d’autres troubles endocriniens. Mais ce n’est pas tout : on s’en sert aussi pour les brûlures d’estomac, la diarrhée, la dysenterie, l’asthme, la congestion pulmonaire, l’éruption cutanée, la prévention du cancer et la prévention des signes du vieillissement, la purification du sang, la guérison des plaies et pour finir, comme tonique général.

14. Le pied-de-lion

Celle-ci et d’autres espèces d’Alchémilles ont été largement utilisées dans la médecine populaire dans toute l’Europe. Le pied-de-lion permet de réduire la douleur associée aux règles, et il régule aussi les saignements excessifs. Il a également un rôle à jouer pour atténuer les changements liés à la ménopause. C’est un emménagogue : il stimule le flux menstruel lorsqu’il y a une résistance. Il s’agit aussi d’un astringent utérin vraiment utile. Il est utilisé aussi bien dans la ménorragie que dans la métrorragie.

Son astringence joue aussi un grand rôle dans le traitement de la diarrhée. Il est aussi parfait comme bain de bouche pour les plaies et les ulcères, et il peut également être utilisé comme gargarisme pour la laryngite.

15. Les feuilles de framboise

Les feuilles de framboises rouges sont utilisées pour les troubles du tractus gastro-intestinal, la diarrhée, les troubles respiratoires, mais aussi la grippe et la grippe porcine. Elles sont aussi utilisées pour les problèmes cardiaques, la fièvre, le diabète et les carences en vitamine. On utilise également ces feuilles pour favoriser la transpiration, l’urine et la production de bile. Certaines personnes l’utilisent pour purifier la peau et le sang.

Certaines femmes utilisent les feuille de framboises pour les règles douloureuses, les menstruations abondantes, les nausées matinales et pour prévenir de fausses couches. Les feuilles de framboisier sont appliquées directement sur ​​la peau pour soigner les maux de gorge et les éruptions cutanées.

http://amelioretasante.com/les-15-meilleures-plantes-medicinales/

Partager cet article

Repost0
27 mars 2014 4 27 /03 /mars /2014 23:46

Bonnes habitudes

Le cerveau doit recevoir les nutriments dont il a besoin pour produire un bon rendement et accomplir sa fonction au maximum de ses capacités. Certains aliments permettent de stimuler le cerveau et contribuent à renforcer la mémoire, la capacité de concentration et d’apprentissage, et peuvent même agir sur le moral !

Ainsi, une alimentation équilibrée et une vie saine augmentent la longévité du cerveau, lui redonnent la vitalité qui s’amenuise au fil des ans, et le préservent des maladies comme l’Alzheimer.


L’importance d’une alimentation saine pour le cerveau

Le cerveau contrôle certaines fonctions du corps à travers le système nerveux. C’est pour cette raison qu’il est indispensable d’en prendre soin et de lui donner toute l’importance qu’il mérite. Avec le temps, et spécifiquement à la trentaine, près de 1 000 neurones périssent chaque jour. Ainsi le cerveau se détériore peu à peu, de même que ses fonctions, telles que la mémoire.

Il faut insister sur le fait que la taille de cet organe n’est pas directement proportionnelle à ses fonctions. Par exemple, Albert Einstein avait un cerveau d’un poids inférieur d’environ 135 grammes à la moyenne. Mais il l’utilisait mieux. Cependant, et même si un cerveau ne pèse que 1,4 kg, ce qui ne représente que 2% du poids d’un individu, il absorbe environ 20% de l’énergie produite par le corps.

Le cerveau s’alimente essentiellement de glucose et d’oxygène. Il est nécessaire que la proportion de glucose dans le sang se situe entre 70 mg et 120 mg pour 100 ml de sang. De plus, le cerveau a aussi besoin de corps gras, car il est lui-même constitué de 30% de graisse. C’est la raison pour laquelle il faut lui apporter des graisses insaturées comme les oméga-3 et les oméga-6 qui entrent dans la formation des cellules cérébrales et qui les protègent. Par exemple, en consommant de l’huile d’olive, du poisson ou des fruits secs, on observera une moindre détérioration des facultés émotionnelles et intellectuelles.

Comment garder son cerveau en bonne santé ?

La fatigue ou le stress peuvent être à l’origine de pertes de mémoire, nous faisant oublier des informations ou des dates importantes. Si cela nous arrive, il nous faudra prendre des mesures pour que le cerveau puisse récupérer son bon fonctionnement. Aussi devrons-nous inclure dans notre alimentation des produits qui contiennent des oméga-3, des vitamines B, C et E et de l’acide folique. Et consommer simultanément des légumes et des fruits qui nous apportent les nutriments indispensables à notre cerveau pour fonctionner correctement !

Il ne faut pas négliger l’ordre dans lequel les aliments sont consommés. Pour que le cerveau se nourisse correctement, il faut d’abord ingérer les protéines et en dernier lieu les hydrates de carbone. Si l’on suit cet ordre, les acides aminés peuvent parvenir au cerveau. Par contre, si les hydrates de carbone sont ingérés les premiers, seul le tryptophane arrive au cerveau, qui produit alors une plus grande quantité de sérotonine, et il s’ensuit alors une envie de dormir.

D’autre part, il faut penser que l’alimentation n’est pas la seule chose qui entretient la capacité cérébrale. Le cerveau a également besoin de s’exercer et de rester actif. Il faut donc s’adonner à la lecture en tout genre, apprendre des choses nouvelles, étudier une langue étrangère, jouer d’un instrument, faire des mots croisés ou des sudokus, pour ne pas perdre cet objectif de vue.

Exception faite des patients qui souffrent d’apnée du sommeil et qui doivent consulter leur médecin, il est nécessaire de faire de l’exercice physique, car il est directement en relation avec les connexions neuronales. Il contribue ainsi à préserver le lobe frontal, qui est l’un des principaux responsables du vieillissement et des pertes de mémoire. De plus, il oxygène le cerveau et limite l’apparition de maladies qui entraînent une défaillance de la mémoire, comme c’est le cas des maladies cardiovasculaires et du diabète.

Les bons aliments pour stimuler le cerveau

Certains aliments en particulier apportent des nutriments concrets au cerveau. On peut ainsi améliorer sa mémoire et prévenir des maladies comme l’Alzheimer.

  • Le thé vert : il renferme des catéchines qui réduisent la fatigue cérébrale et améliorent la mémoire. De plus, il augmente la production de dopamine, un neurotransmetteur fondamental pour le cerveau. Il freine également l’apparition de troubles cérébraux.

  • Les airelles : elles limitent l’oxydation qui se produit au fur et à mesure que le temps passe. Elles limitent donc les effets de certaines maladies telles que la démence sénile et l’Alzheimer.

  • L’avocat : il sert à maintenir et à contrôler une bonne irrigation sanguine, essentielle pour le cerveau, grâce aux graisses mono-insaturées qu’il véhicule.

  • Le yaourt : le yaourt entretient la fonction nerveuse grâce au calcium qui l’améliore. Il apporte aussi de la tyrosine, une substance qui contribue à la production de neurotransmetteurs tels que la noradrénaline et la dopamine.

  • Les fraises : elles augmentent la communication interne du cerveau et diminuent les effets négatifs qui incident sur le centre de commande, et qui habituellement empirent avec l’âge.

  • Les oeufs : ils ralentissent le vieillissement cérébral, car ils contiennent de la zéaxanthine et de la lutéine, deux des indispensables antioxydants naturels. Ils sont aussi une source importante de protéines.

  • Le brocoli : le brocoli améliore les fonctions cognitives et la fonction cérébrale grâce à la considérable quantité de vitamine K qu’il contient.

  • Les épinards : ils améliorent la capacité d’apprentissage et les activités motrices de l’organisme, et réduisent les effets délétères de la vieillesse sur le cerveau.

  • La mûre : elle freine l’avancée des maladies dégénératives et protège de l’oxydation du cerveau, car elle contient de très bons nutriments pour la santé mentale.

  • Le poisson : la consommation d’acides gras et d’oméga-3, que l’on trouve dans différentes espèces de poissons, améliore le rendement cognitif.

Pour la mauvaise mémoire

Il existe des aliments spécifiques pour traiter une mauvaise mémoire. L’organisation Helpguide, qui agit sans but lucratif, nous suggère les aliments suivants :

  • Les acides oméga-3 : ils ont un lien avec les fonctions cognitives. Ce sont de bonnes graisses qui se distinguent des graisses trans et des graisses saturées. Ils nous aident donc à lutter contre des taux élevés de cholestérol et contre les inflammations. Certains des aliments qui en contiennent sont les noix et l’huile de noix, l’huile de lin et les graines de lin. On les trouve également dans le hareng, le maquereau, le saumon et le thon.

  • La consommation d’acide folique et de vitamines B, en particulier les vitamines B12 et B6 : elles protègent les neurones en éliminant l’homocystéine, un acide aminé toxique qui affecte les cellules nerveuses. D’autre part, la vitamine B contribue à la production des globules rouges qui sont chargés d’apporter l’oxygène au cerveau. Les aliments qui contiennent de la vitamine B sont les haricots noirs et d’autres légumineuses, le soja, les agrumes, le melon, les épinards, les légumes verts, les asperges, le brocoli et les fraises.

  • Le bêta-carotène et les antioxydants comme les vitamines E et C : les antioxydants combattent les radicaux libres qui abîment les cellules. De plus, ils améliorent l’apport en oxygène au cerveau et dans le corps. Certains des aliments qui en contiennent sont le foie, les patates douces, la tomate, les agrumes, les noix et les graines, les épinards, le thé vert, le brocoli et les fruits rouges.

En définitive, il est indispensable d’adopter une alimentation saine pour prendre soin de notre cerveau si nous voulons le garder en bonne santé. Les aliments contenant les nutriments nécessaires, l’exercice physique et s’appliquer à toujours faire travailler son cerveau sont les ingrédients clés pour que cet organe demeure en bonne santé malgré l’âge et reste à l’abri des accidents !

http://amelioretasante.com/des-aliments-pour-stimuler-le-cerveau/

Partager cet article

Repost0
26 mars 2014 3 26 /03 /mars /2014 00:50

RecettesRemèdes naturels

L’arthrite est une maladie qui touche beaucoup de personnes de nos jours : elle se traduit par une grande incapacité à bouger en plus de la douleur intense qu’elle provoque sur les articulations.

Il faut savoir que cette maladie empêche le fonctionnement normal des articulations en affectant au passage la sensibilité et le mouvement. C’est pour cela qu’il est recommandé d’obtenir un diagnostic clair sur l’état de cette maladie. La première chose qu’on devrait faire est de suivre le traitement adéquat tout en ayant recours aux moyens naturels qui existent afin d’améliorer notre état et soigner l’arthrite.


Des exercices pour soigner l’arthrite

La plupart des experts de l’arthrite et de l’arthrose s’accordent à dire que l’activité physique est très bénéfique pour soigner cette maladie, vu qu’ils existent certains mouvements et exercices qui font travailler les articulations et fortifient les muscles, ce qui va réduire considérablement l’effet de la maladie, en permettant ainsi d’avoir une vie plus normale.

Parmi les exercices conseillés, on peut retrouver le yoga ou le tai chi. Ces activités aident beaucoup à maintenir le mouvement des articulations et des muscles en plus de fortifier les os et prévenir le risque d’ostéoporose. Ils permettent également de garder un bon état d’esprit et de ne pas sombrer dans la dépression générée par cette maladie.

Quels aliments consommer lorsqu’on souffre d’arthrite ?

Les personnes qui souffrent d’arthrite doivent suivre une alimentation qui leur permettra de mieux se sentir et ainsi réduire leurs souffrances quotidiennes. Parmi les aliments recommandés, on peut retrouver :

L’huile de poisson

Très efficace pour réduire les inflammations, ce produit est disponible en forme de capsule. Il est conseillé d’en prendre deux comprimes par jour, un au matin et un autre dans l’après midi. L’huile de poisson a déjà fait ses preuves auprès de beaucoup de malades, qui le préfèrent aux comprimés et autres solutions médicamenteuses.

Les acides gras oméga-3

Des anti-inflammatoires par excellence, car en plus d’être bénéfiques pour le cœur et contre la graisse présente dans le sang. Ces acides gras sont très recommandés pour ceux qui souffrent de cholestérol, contre les triglycérides et pour les malades du cœur. On retrouve ces acides gras dans le thon, le saumon et les sardines.

L’acide gamma-linolénique

Cet acide est présent dans l’huile de bourrache et dans les graines de groseille. Il contribue à réduire également l’inflammation de l’arthrite et la rigidité qu’elle provoque.

Les épices

Le curcuma et le gingembre sont considérés comme de très bons anti-inflammatoires et s’avèrent être très efficaces pour combattre l’arthrite. Ils sont également conseillés pour fortifier le système immunitaire. Mais attention, il faut les consommer avec modération afin d’éviter tout risque d’indigestion.

Pour résumer, nous vous recommandons de prendre en considération ces conseils afin de mieux faire face à cette maladie, et de ne pas négliger l’activité physique qui permet non seulement à améliorer votre état, mais également à entretenir votre corps et à le conserver de nombreuses années.

http://amelioretasante.com/traitements-naturels-pour-soigner-larthrite/

Partager cet article

Repost0
21 mars 2014 5 21 /03 /mars /2014 23:46

Par Hugo Jalinière

Voir tous ses articles

Publié le 21-03-2014 à 11h00

A+A-

L'Académie nationale de pharmacie met en garde contre certains modes de cuisson qui accélèrent le vieillissement et accroissent les risques de diabète.

La mise en garde de l'Académie de pharmacie concerne principalement les aliments issus de la friture de la pomme de terre. SAUL LOEB / AFP

Partager

7931524

Réagir2

Recevoir les alertes

À lire aussi

FRITES. Grillades, poulets rôtis, chips et frites... Vous en raffolez ? Eh bien il faudrait se modérer. La consommation d’aliments cuits à une température trop élevée pourrait en effet accélérer le vieillissement et favoriser le développement du diabète de type 2 et des maladies cardiaques.

L’Académie nationale de pharmacie a mis en garde jeudi 19 mars contre les produits de glycation avancée (AGE) qui se forment notamment lors de la préparation d’aliments à partir des sucres et des protéines soumis à de très fortes températures de cuisson.

Selon l'Académie, l'étude des AGE depuis une trentaine d'années "a démontré qu'ils avaient un effet délétère en s'accumulant dans l'organisme, notamment dans le diabète, l'insuffisance rénale et lors du vieillissement".

Le mois dernier, Sciences et Avenir relayait une étude publiée dans les Actes de l’Académie des sciences américaine (PNAS) qui associait les AGE à l’augmentation des risques de démences de type Alzheimer. L’occasion de comprendre précisément comment se forment ces AGE et comment les éviter.

LireNutrition : les AGE augmentent les risques de démence

Mais ces effets restent encore largement méconnus du grand public, a reconnu le Pr Jean-Pierre Foucher, président de l'Académie nationale de pharmacie qui a décidé de publier des recommandations sur le sujet.

Pour éviter leur formation, il suffit, selon le Pr Boulanger, "de cuire à basse température (moins de 120 degrés) et de privilégier la cuisson à l'eau, à la vapeur ou au micro-onde par rapport aux grillades et autres rôtissages". Mais qui a envie de manger des frites à la vapeur ?

http://www.sciencesetavenir.fr/sante/20140321.OBS0739/nutrition-les-cuissons-a-forte-temperature-accroissent-le-vieillissement.html


Partager cet article

Repost0
21 mars 2014 5 21 /03 /mars /2014 23:31

BeautéSoins

La cellulite est sans aucun doute la bête noire des femmes. Ces petits capitons qui se forment le plus souvent sur les jambes, sur les cuisses et sur les fesses empêchent de profiter pleinement des joies de l’été et de savourer les moments d’intimité, et font renoncer à porter un maillot deux pièces ou une mini-jupe, par exemple. Voilà pourquoi nous allons vous décrire quelques exercices pour éliminer la cellulite et vous faire sentir belle toute l’année !

Quelques informations sur la cellulite

La grande majorité des femmes a de la cellulite, les plus minces aussi, et même les mannequins célèbres ou les stars. Cette cellulite est constituée par la formation de nodules graisseux dans différentes parties du corps, mais elle n’est pas considérée comme une maladie. Il existe différents types de cellulite : molle, dure ou sclérotique (appelée « peau d’orange »).

La cellulite témoigne d’une altération de la circulation sanguine dans le tissu graisseux sous-cutané appelé hypoderme. Lorsque ce tissu graisseux augmente et que les parois s’épaississent, elles forment ces capitons caractéristiques. Il est alors important de faire de l’exercice physique pour renforcer les muscles des cuisses et des jambes. Ce programme d’exercices doit être associé à une alimentation équilibrée.

Cependant, la solution définitive à ce problème demeure encore inconnue. Il est conseillé de monter et descendre les escaliers, de marcher, de faire de la marche rapide, de courir ou de faire de l’aérobic. L’utilité des crèmes réductrices n’a pas été réellement démontrée, car les résultats ne sont tangibles que bien plus tard et si l’utilisation est constante. Il en est de même pour les massages ou pour le drainage lymphatique qui peuvent apporter une amélioration mais ne constituent pas une solution définitive. Beaucoup de femmes ont recours à la liposuccion, mais celle-ci ne résout pas non plus ce problème.

Des exercices pour éliminer la cellulite de l’abdomen

Chaque jour où vous déciderez de faire des exercices, vous devrez commencer par une routine d’aérobie, ce qui veut dire marcher, faire du vélo (statique ou pas) ou du jogging pendant 30 minutes. Pour un programme de trois fois par semaine, vous pouvez également réaliser les exercices suivants :

  • Jour 1 : abdominaux complets (4 séries de 15), abdominaux avec décéleration, par étapes (3 séries de 10), extensions de jambes en position allongée (3 séries de 20), élévation de jambes (3 séries de 15), abdominaux latéraux en tenant des haltères (4 séries de 20).
  • Jour 2 : rotations latérales les mains derrière la tête (10 minutes consécutives), abdominaux complets (3 séries de 10), abdominaux par étapes (3 séries de 10), élévations de jambes assise sur un banc (4 séries de 20).
  • Jour 3 : abdominaux complets (4 séries de 15 répétitions), abdominaux latéraux en tenant des haltères (3 séries de 20), abdominaux latéraux (3 séries de 10), rotations latérales (10 minutes consécutives) et élévations de jambes (4 séries de 15).

Des exercices pour éliminer la cellulite des fesses et des hanches

  • Flexions sur jambes : avec une barre sans poids (ou pas plus de 2,5 kg), les jambes séparées l’une de l’autre à une distance égale à celle comprise entre les épaules, s’accroupir aussi bas que possible, en basculant le bassin vers l’arrière. Faire 4 séries de 15.
  • Extension latérale de la hanche : debout, une main tenant la barre verticale fixée au sol. Lever la jambe opposée de manière latérale aussi haut que possible. Faire ce mouvement 10 fois avec chaque jambe, un total de 3 séries.
  • Croisement de jambes : en tenant la barre, faire passer une jambe devant l’autre. 3 séries de 10 avec chaque jambe.
  • Extension arrière de la hanche : similaire à l’exercice précédent, mais en tenant la barre devant soi avec les deux mains. Lever chaque jambe alternativement vers l’arrière, comme si vous donniez un coup de pied. Faire 3 séries de 10 avec chaque jambe.
  • Abduction partielle : en position allongée sur le côté, appuyer le coude et l’avant-bras puis poser l’autre bras sur la taille. Lever la jambe libre comme s’il s’agissait de ciseaux. Faire 3 séries de 15 avec chaque jambe.

Des exercices pour éliminer la cellulite des jambes

  • Flexions sur jambes écartées : la barre sur les épaules, les jambes bien écartées, descendre jusqu’à ce que les jambes forment un angle de 90º. Le dos doit rester droit, à la montée comme à la descente. Faire 3 séries de 20.
  • Soulevé de terre : en tenant la barre à la hauteur de l’entrejambe, baisser le dos jusqu’à ce qu’il soit perpendiculaire au sol. Les jambes doivent rester droites, sans se plier. Faire 3 séries de 15.
  • Flexion sur jambe mise en avant : placer la barre sur les épaules et faire un pas en avant avec une jambe, en baissant le fessier aussi bas que possible. L’autre jambe se déplace aussi en avant. Faire 4 séries de 10 avec chaque jambe.
  • Croisement de jambes : allongée sur le côté, levez la jambe qui est appuyée sur le sol devant celle qui est libre. Appuyez-vous bien sur le sol avec les deux avant-bras et avec les coudes.

Des conseils pour éliminer la cellulite

Suivez ces conseils et faites votre série quotidienne d’exercices :

  • Faites de la marche au moins une heure par jour : pour activer la circulation des jambes et pour perdre un peu de graisse. Au bout de quelques semaines, la peau sera plus tonique et vous verrez que les capitons se remarquent moins.
  • Montez les escaliers au lieu d’utiliser l’ascenseur : l’effort et le mouvement continus vont améliorer votre condition physique, vous perdrez du poids et vous aurez un meilleur tonus musculaire.
  • Ne portez pas de pantalons trop ajustés : surtout pas de jeans, parce qu’ils empêchent de libérer les toxines et l’eau dont la peau n’a pas besoin.
  • Douchez-vous à l’eau froide : cela vous aidera à réduire la peau d’orange de manière efficace et économique.
  • Ne restez pas trop longtemps dans la même position : que vous soyez debout ou assise, car le sang ne circule pas normalement. Si votre profession vous oblige à rester dans la même position une grande partie de la journée, faites des pauses et profitez-en pour bouger les jambes.

Photographies reproduites avec l’aimable autorisation de Tiago Celestino, d’Eric Menjivar, du gouvernement de la ville de Buenos Aires, de l’US Army et de Sally.

Des exercices simples pour éliminer la cellulite

Partager cet article

Repost0
21 mars 2014 5 21 /03 /mars /2014 01:07
Comment éviter une inflammation des chevilles ?

Bonnes habitudesRemèdes naturels

Un œdème, ou plus communément l’inflammation des chevilles, est une maladie qui est causée généralement par une mauvaise circulation du sang, la rétention de liquides, la grossesse ou tout simplement une mauvaise posture. On peut la traiter en suivant certains conseils que vous pourrez trouver dans cet article.


Pourquoi nos chevilles enflent-elles ?

Après une longue journée très chargée, plusieurs membres de notre corps peuvent être fatigués, comme nos jambes ou de nos chevilles qui en prennent un sacré coup après de longues heures assis devant l’ordinateur ou durant un long voyage. Ainsi, les muscles et les valvules de la zone se contractent et ne se détendent pas, et le sang ne peut donc pas circuler convenablement jusqu’au cœur, étant donné que le mouvement est assez long.

Ce problème est très habituel chez les personnes en surpoids, car le cœur n’a pas la force suffisante pour pomper le sang à grande vitesse, ce qui provoque une pression élevée et beaucoup de sang dans les chevilles. Les veines ne se ferment pas normalement et ne s’étirent pas, provoquant ainsi plus de rétention de liquide.

Voici d’autres facteurs de risque liés à l’inflammation des chevilles :

En plus de ces raisons, les médecins évoquent également d’autres facteurs, comme par exemple :

  • une défaillance dans le fonctionnement des organes, comme les reins ou les intestins

  • une alimentation avec beaucoup de graisse et de sel

  • des veines faibles ne permettant pas le bon reflux sanguin

  • une obstruction dans les ganglions lymphatiques

  • une dénutrition

  • une dépression et d’autres causes émotionnelles

Comment peut-on éviter l’inflammation des chevilles ?

  • Bougez les jambes toutes les heures : si votre travail requiert d’être assis de façon permanente dans un bureau, essayez quand même de vous levez toutes les heures ou toutes les deux heures, et allez faire un petit tour afin de réactiver le flux sanguin dans les jambes. Faites de même lorsque vous voyagez, cela vous évitera d’avoir des caillots sanguins.

  • Perdez du poids : L’obésité affecte le fonctionnement du cœur et d’autres organes, fait stresser les jambes et enfler les chevilles. Perdre du poids permettrait donc à vos chevilles de se désenfler et de ne plus retenir de liquide.

  • Consommez une faible quantité de sel : consommer beaucoup de sodium quotidiennement pourrait vous causer des problèmes au niveau des tissus des chevilles et des pieds. Moins de sel va également faire diminuer la rétention des liquides. Ne consommez plus de produits préparés ou pré-cuisinées, qui contiennent souvent beaucoup de sel, et préférez plutôt du sel marin ou des aliments avec une très faible quantité de sel.

  • Changez de médicaments : certains médicaments peuvent causer des inflammations au niveau des chevilles, des jambes et des pieds de par leurs effets secondaires. Prenez donc conseil auprès de votre médecin à ce sujet et changez de médicament si nécessaire.

  • Faites de l’exercice : cela vous permettra d’améliorer la circulation sanguine et de donner l’occasion au flux sanguin d’arriver au cœur. Vous pouvez opter pour le vélo, de longues marches ou des footings, à raison de 3 fois par semaine, avec des sessions de 20 minutes.

  • Surélevez les pieds la nuit : élevez vos jambes à l’aide de coussins lorsque vous êtes en train de regarder la télévision, par exemple. Vous pouvez appuyer également vos jambes sur un mur ou un meuble pendant quelques minutes. Cela permet au sang de ne pas s’accumuler au niveau des chevilles. Si vous ressentez des douleurs ou des chatouillements, baissez vos pieds puis refaites la même chose quelques minutes plus tard.

  • Buvez beaucoup d’eau quotidiennement : De cette manière, vous allez éviter la rétention de liquides en hiver. Il faut boire 2 litres en été, et certains médecins conseillent même d’en boire 3. Prenez conseil auprès de spécialistes en ce qui concerne ce point.

  • Utilisez des chaussures adéquates : elles ne doivent pas être trop serrées ou trop petites, et si elles possèdent des lacets, alors ne les attachez pas trop fort. Et si vous avez la possibilité de rester un peu de temps pieds nus, alors faites-le !

  • Faites des bains avec de l’eau froide : mettez une bonne quantité d’eau froide dans un récipient. Mettez-y les pieds jusqu’à ce que l’eau vous arrive au-dessus des chevilles. Restez comme cela pendant quelques minutes et vous verrez que la sensation d’inflammation commencera à disparaître.

  • Utilisez des moyens orthopédiques : en cas d’inflammation chronique, les médecins peuvent prescrire des bottes qui s’ajustent et qui exercent une pression au niveau des pieds, des chevilles et des mollets. Les vaisseaux sanguins se dilatent alors et permettent un bon retour du sang au cœur.

  • Prenez des diurétiques : les infusions à base d’herbes diurétiques permettent d’éliminer les toxines à travers l’urine. Les herbes les plus utilisées sont la prêle des champs et le raisin. Un régime purifiant serait également une bonne solution.

Photographies reproduites avec l’aimable autorisation de Caesandra Seawell, Wanderyng Eyre, Andy2 Boyz, Sue Rabeaux, Elfboy, Sanar.

http://amelioretasante.com/comment-eviter-une-inflammation-des-chevilles/

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : florilege2613.over-blog.fr
  • florilege2613.over-blog.fr
  • : Pour un monde meilleur POUR TOUS
  • Contact

Profil

  • florilege2613.over-blog.fr
  • Charisme, je rêve d'un monde meilleur, ma célébrité préféré : Hugo Chavez, Thomas Sankara, Che Guevara, Robespierre, l'Abbé Pierre

Recherche

Archives

Liens