Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 février 2014 3 05 /02 /février /2014 03:15

 





Posté le 3 février 2014 par cadmin One comment

 

Dans le prolongement du Jour de Colère du dimanche 26 janvier 2014, une proposition de loi organique portant sur l’application de l’article 68 de la Constitution a été́ déposée ce lundi 3 février sur le bureau de l’Assemblée. Cette proposition de loi ouvre la voie à une possible saisine de la Haute Cour de justice par les parlementaires, en vue de déférer le Président de la République pour « manquements à ses devoirs manifestement incompatibles avec l’exercice de son mandat ».

 

La procédure de destitution du Président de la République est prévue par l’article 68 de la Constitution de 1958. Elle donne aux députés et aux sénateurs, réunis en Haute Cour de justice, la capacité́ de prononcer cette destitution. Toutefois, le texte de 1958 prévoyait que l’article 68 soit complété par une loi organique qui n’a jamais été votée depuis 56 ans. Cette situation incroyable pose de manière aigue la question de la vie démocratique en France. Dans une république comme la France, patrie de Droits de l’Homme et de la démocratie, il semble incroyable qu’une telle situation ne puisse pas trouver de réponse institutionnelle.

 

C’est pour apporter une solution à cette situation de carence démocratique, et respecter enfin la Constitution, qu’une proposition de loi organique a été déposée sur le bureau de l’Assemblée. Pour arriver à ce résultat, Beatrice et Josyane ont poursuivi un jeûne complet depuis le dimanche 26 janvier 2014, afin de sensibiliser les députés à cette situation inadmissible. L’initiative législative prise aujourd’hui rend justice à leur détermination et couronne de succès leur combat. Elles vont interrompre leur jeûne en ce jour où la lutte de Jour de Colère connait une nouvelle impulsion. Il s’agit d’une victoire de non violence et de la démocratie !

 

Les citoyens vont maintenant pouvoir juger du comportement de leurs députés et sénateurs. S’ils tentent, par une obstruction du travail législatif, d’empêcher que la Constitution soit rendue applicable, la sanction des urnes leur sera fatale. Il appartient à chacun d’entre eux de prendre la mesure des responsabilités que la République lui confie.



http://www.jourdecolere.com/une-proposition-de-loi-pour-la-mise-en-oeuvre-de-larticle-68-de-la-constitution/

 

Partager cet article

Repost0
5 février 2014 3 05 /02 /février /2014 03:10

 

 

Mardi 4 Février 2014



Des Juifs antisionistes reçus à la chancellerie allemande!

Les choses bougent tout doucement, trop sans doute, mais elles bougent.

On apprend ainsi qu’un cadre de la chancellerie allemande a récemment rencontré des militants antisionistes de l’organisation juive ulltra-orthodoxe Naturei Karta, la même organisation qui s’était associée à l’humoriste Dieudonné, à Yahia Gouasmi et Alain Soral dans la liste antisioniste.

A mon avis, les Allemands qui connaissent la réalité de la position sioniste à l’époque de l’arrivée au pouvoir de Hitler sont plus nombreux que d’aucuns le pensent.

Un officiel du bureau de Merkel rencontre des Juifs antisionistes

La secte ultra-orthodoxes antisionistes tient une réunion avec un officiel allemand dans le cadre d’une possible tentative pour saper la connexion entre Israël, le judaïsme et l’Allemagne

par Eldad Beck, Yediot Aharonot (Sionistan) 3 février 2014 traduit de l’anglais par Djazaïri

Un cadre de haut niveau du bureau de la chancelière allemande Angela Merkel a rencontré des représentants de l’organisation ultra-orthodoxe antisioniste Naturei Karta lors de la journée internationale de commémoration de l’holocauste la semaine dernière.

Cet officiel a rencontré quatre membres de l’organisation à Berlin où ils protestaient contre l’existence de l’Etat d’Israël et l’exploitation de l’holocauste par les sionistes pour des raisons politiques.

Le Yediot a révélé que l’officiel est un chef de département au bureau de la chancelière et que, contre tous les usages, les a rencontrés ouvertement. Les membres de Naturei Karta ont confirmé que le but de cette rencontre était de clarifier aux yeux des Allemands que le sionisme ne représente pas le judaïsme.

La délégation de Naturei Karta comprenait deux survivants de l’holocauste, Moshe Dov et Chezkel Klein, ainsi que son porte parole, le rabbin Yisroel Dovid Weiss qui a affirmé pendant la rencontre que « l’holocauste était une punition divine pour les Juifs parce que les sionistes ne voulaient pas suivre le chemin de Dieu et voulaient devenir indépendants. » [une lecture classique du judaïsme veut que l'exil soit une punition divine infligée aux Juif] 

Weiss a affirmé à l’officiel de la chancellerie qu’environ 10 % des Juifs appartiennent au mouvement antisioniste.

Ces dernières années, des officiels du bureau de Mme Merkel ont oeuvré à miner la relation spéciale entre Israël et l’Allemagne afin de dégager l’Allemagne de sa responsabilité historique pour l’holocauste.

La rencontre, rapportée par le journal de gauche Neues Deutschland, n’avait pas de caractère secret.

Par le passé, Naturei Karta a assisté en Iran à des manifestations qui niaient l’holocauste, parrainées par l’ancien président Mahmoud Ahmadinejad.

http://mounadil.wordpress.com/

 

Partager cet article

Repost0
5 février 2014 3 05 /02 /février /2014 02:48

 

Egalité et Réconciliation a partagé une photo de Panamza.

DEUX POIDS DEUX MESURES. En attendant de boucler sa prochaine comédie consacrée au "frère caché de Jésus", Michaël Youn



Panamza

il y a 11 heures

DEUX POIDS DEUX MESURES. En attendant de boucler sa prochaine comédie consacrée au "frère caché de Jésus", Michaël Youn, réalisateur et scénariste d'un film sur le terrorisme islamiste produit par un ancien militant ultra-sioniste {http://panamza.com/2480}, exprime l'étendue de son humour à géométrie variable sur Facebook {http://panamza.com/uu} et Twitter {http://panamza.com/uv}. Rappel: depuis 2001, la guerre d'Afghanistan, provoquée par l'opération américano-israélienne sous faux drapeau du 11-Septembre {http://panamza.com/uw}, a causé la mort d'environ 30 000 civils et l'exil de plus de 200 000 réfugiés.

DEUX POIDS DEUX MESURES. En attendant de boucler sa prochaine comédie consacrée au "frère caché de Jésus", Michaël Youn, réalisateur et scénariste d'un film sur le terrorisme islamiste produit par un ancien militant ultra-sioniste {http://panamza.com/2480}, exprime l'étendue de son humour à géométrie variable sur Facebook {http://panamza.com/uu} et Twitter {http://panamza.com/uv}. Rappel: depuis 2001, la guerre d'Afghanistan, provoquée par l'opération américano-israélienne sous faux drapeau du 11-Septembre {http://panamza.com/uw}, a causé la mort d'environ 30 000 civils et l'exil de plus de 200 000 réfugiés.

 

 

https://www.facebook.com/permalink.php?story_fbid=10201715464785342&id=147792445266231

 

 

 

Partager cet article

Repost0
4 février 2014 2 04 /02 /février /2014 02:16

 

Panique à Jérusalem !





le 03 février, 2014 dans Inter-national par Nico Ramirez

Rien ne va plus en Terre Promise où le gouvernement prend la mesure de la montée en puissance du boycott des produits et des activités des colonies israéliennes, sous la bannière du mouvement BDS (Boycott, désinvestissement, sanctions), initié depuis les Territoires palestiniens

 

Au début de l’année, le fonds de pension néerlandais PGGM a fait connaître sa décision de ne plus investir dans cinq banques israéliennes importantes, en raison de leur implication dans le financement des colonies israéliennes dans les territoires occupés.

Précédemment, une grande société d’eau potable néerlandaise a arrêté sa collaboration avec la société israélienne de distribution d’eau Mekorot, qu’elle a sans coup férir accusée de discrimination vis-à-vis des Palestiniens dans l’accès à l’eau.

 

L’Union européenne a aussi décidé d’exclure de sa coopération les institutions et entreprises israéliennes ayant des activités dans les territoires occupés. La semaine dernière, l’ONG britannique Oxfam s’est séparée de son ambassadrice internationale, Scarlett Johansson, suite à la polémique entourant le contrat publicitaire de l’actrice avec la société SodaStream. L’association humanitaire de lutte contre la pauvreté reproche à l’entreprise de machines à fabriquer des sodas d’avoir implanté une usine dans une colonie en Cisjordanie occupée. « Un business qui alimente la pauvreté et va à l’encontre des droits de la communauté palestinienne », dixit Oxfam.

 

Plus d’une quinzaine de compagnies publiques et privées dans le monde ont récemment rompu avec des sociétés israéliennes en raison de leur implication dans la colonisation. De bien belles décisions comme l’on aimerait en voir plus souvent, et qui n’auront dans l’immédiat qu’un impact financier limité, mais pourraient se révéler désastreuses pour l’image du pays, comme ce fut le cas en d’autres temps avec un autre Etat ségrégationniste, le régime d’apartheid en Afrique du Sud.

 

C’est à terme que le pire serait à venir pour Israël. Selon une étude rendue publique par le ministère israélien des Finances, en cas de boycott prolongé, « les exportations reculeraient de près de 20 milliards de shekels par an (4,2 milliards EUR) et le PIB d’environ 11 milliards de shekels par an (près de 2,3 milliards EUR, sur environ 190), et 9 800 employés seraient licenciés immédiatement ».

 

Parce que les coups dans le portefeuille sont ceux qui font le plus mal, une centaine d’hommes d’affaires israéliens ont récemment pressé Benyamin Netanyahu de saisir l’occasion des efforts américains pour conclure la paix avec les Palestiniens, craignant que l’échec annoncé des négociations n’aggrave la punition infligée à l’Etat hébreu.

Des doléances qui pourront filer droit dans le Mur des Lamentations, puisque le gouvernement israélien a franchi un cap en livrant ce week-end de très dures critiques à l’encontre de John Kerry, le secrétaire d’Etat américain, accusant ce dernier d’avoir osé évoquer les risques d’un boycott international visant Israël, si les efforts de la diplomatie américaine pour parvenir à un accord de paix n’aboutissaient pas… Les Etats-Unis ont en effet relancé les négociations israélo-palestiniennes en juillet 2013 après trois ans d’interruption.

 

Parmi le fiel déversé, on retiendra la parole du ministre de l’Economie, Naftali Bennett, chef de file des fachos du parti nationaliste religieux Foyer Juif, qui a déclaré qu’Israël « attendait de ses amis qu’ils se tiennent à ses côtés contre les tentatives antisémites de boycottage, et non pas qu’ils les amplifient ».

Nous y sommes ! Boycotter des fachos est un acte antisémite… « Dénué de morale », a même dit le Congrès juif mondial qui s’y connait bien en humanisme. « Une campagne malveillante animée par l’antisémitisme », a balancé l’impayable loge B’nai Brith.

 

Le département d’État américain a très vite réagi aux crachats essuyés : « John Kerryest fier de son bilan de trois décennies de ferme soutien à la sécurité et au bien être d’Israël, qui inclut également une ferme opposition à des boycotts », a promis un porte-parole. Avant d’ajouter que « le secrétaire d’Etat a fait référence à un boycott comme une des actions qui pourraient être prises par d’autres, mais à laquelle il s’oppose ». Caca-culotte !



http://diktacratie.com/panique-a-jerusalem/

 

 

 

Partager cet article

Repost0
4 février 2014 2 04 /02 /février /2014 02:09

 

Pauline VerrièrePauline Verriere
Inf'OGM
lun., 03 fév. 2014 08:17 CST

 

 

 

Inf'OGM

© Inconnu


En novembre 2013, la Direction Générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes (DGCCRF) annonçait les résultats d'une de ses enquêtes, concernant d'une part des aliments contaminés par des plantes génétiquement modifiées (PGM) non autorisées ; et d'autre part, des aliments non correctement étiquetés [1]. Mais aucune précision sur les produits concernés. Inf'OGM a donc demandé à la DGCCRF la communication des résultats détaillés de cette enquête. Refus de celle-ci, car de tels documents ne seraient pas communicables du fait de « 
leur caractère judiciaire », c'est-à-dire susceptibles d'être à l'origine de poursuites au vu des infractions constatées.

Cette réponse n'a pas satisfait Inf'OGM compte tenu de l'importance de ces informations. Les consommateurs n'ont-ils pas le droit d'être pleinement informés des produits qui contiennent des OGM alors même que ceux-ci n'ont pas reçu d'autorisation ni même été évalués ? Même retirés du marché, ces produits ont pu être achetés et consommés avant l'enquête. Il nous a donc semblé indispensable de connaître à la fois les produits concernés et les entreprises qui sont moins rigoureuses sur leur contrôle, ou qui oublient d'étiqueter...

Inf'OGM a donc saisi la Commission d'accès aux documents administratifs (CADA) pour obtenir les détails de cette enquête. À la CADA maintenant de déterminer si, oui ou non, de tels documents doivent effectivement être rendus publics.

Note

[1] Inf'OGM, « France - Riz et papayes : des OGM non autorisés retrouvés dans des aliments commercialisés », Pauline VERRIERE, 6 décembre 2013

 

 

http://fr.sott.net/article/19277-OGM-la-DGCCRF-refuse-de-communiquer-les-details-d-une-enquete-Inf-OGM-saisit-la-CADA

 

Partager cet article

Repost0
4 février 2014 2 04 /02 /février /2014 01:47

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
3 février 2014 1 03 /02 /février /2014 22:27

 

 

03/02/2014

Histoire

camp

[Ci-dessus: un soldat américain monte la garde devant des milliers de prisonniers allemands à Sinzig-Remagen, au printemps 1945.]

 

 

Jamais autant de gens n’avaient été mis en prison. L’ampleur des captures faites par les Alliés était sans précédent dans toute l’histoire. Les Soviétiques firent prisonniers quelques 3,5 millions d’Européens, les Américains environ 6,1 millions, les Britanniques environ 2,4 millions, les Canadiens environ 300 000, les Français environ 200 000. Des millions de Japonais furent capturés par les Américains en 1945, plus environ 640 000 par les Soviétiques. [Ci-dessus: un soldat américain monte la garde devant des milliers de prisonniers allemands à Sinzig-Remagen, au printemps 1945.] 

 

Dès que l’Allemagne capitula le 8 mai 1945, le Gouverneur Militaire américain, le général Eisenhower, diffusa un «courrier urgent» dans toute la vaste zone qu’il commandait, faisant pour les civils allemands un crime punissable de mort le fait de nourrir des prisonniers. C’était un crime passible de mort même de rassembler de la nourriture à un endroit dans le but de la donner aux prisonniers … L’ordre, [traduit] en allemand, fut envoyé aux gouvernements des provinces, leur ordonnant de le transmettre immédiatement aux autorités locales. Des copies des ordres ont été récemment découvertes dans plusieurs villages près du Rhin … Le message [reproduit par Bacque dans son livre] disait entre autres: «… sous aucune circonstance, des approvisionnements en vivres ne doivent être rassemblés parmi les habitants du lieu dans le but de les donner aux prisonniers de guerre. Ceux qui violent ce commandement et même qui essayent de tourner cet ordre en permettant à quelque chose de parvenir aux prisonniers, se placent eux-mêmes en danger d’être abattus». 

 

L’ordre d’Eisenhower fut aussi posté en anglais, en allemand et en polonais sur le tableau d’affichage du Quartier Général du Gouvernement Militaire en Bavière, signé par le Chef d’Etat-Major du Gouverneur Militaire en Bavière. Plus tard il fut posté en polonais à Straubing et à Regensburg, où se trouvaient de nombreuses compagnies de gardes polonais dans les camps proches. Un officier de l’US Army qui lut cet ordre en mai 1945 a écrit que c’était «l’intention du Commandement de l’Armée, au sujet des camps de prisonniers de guerre allemands dans la zone américaine, de mai 1945 jusqu’à la fin de 1947, d’exterminer autant de prisonniers de guerre que possible tant que l’affaire se passerait sans contrôle international». 

 

La politique de l’Armée [américaine] était d’affamer les prisonniers, selon plusieurs soldats américains qui se trouvaient là. Martin Brech, professeur de philosophie à la retraite du Mercy College à New York, qui fut gardien à Andernach en 1945, a raconté qu’un officier lui avait dit que «C’est notre politique que ces hommes ne soient pas nourris». Les 50 à 60 000 hommes à Andernach mouraient de faim, vivant sans abris dans des trous dans le sol, essayant de se nourrir avec de l’herbe. Quand Brech leur passa du pain en fraude à travers les barbelés, un officier lui ordonna d’arrêter. Plus tard, Brech leur glissa plus de nourriture, se fit prendre, et le même officier lui dit: «si vous refaites cela, vous serez abattu». Brech vit des cadavres sortir du camp «par le camion de service» mais on ne lui dit jamais combien ils étaient, où ils étaient enterrés, ni comment. 

 


Le prisonnier Paul Schmitt fut tué dans le camp américain de Bretzenheim après s’être approché des barbelés pour voir sa femme et son jeune fils qui lui apportaient un panier de vivres. Les Français en firent autant: Agnès Spira fut tuée par des gardes français à Dietersheim en juillet 1945 pour avoir apporté de la nourriture aux prisonniers. Son mémorial près de Büdesheim, écrit par l’un de ses enfants, dit: «Le 31 juillet 1945, ma mère me fut arrachée soudainement et de manière inattendue, à cause de ses bonnes actions envers les soldats emprisonnés». La note dans le registre de l’église catholique dit simplement: «Une mort tragique, tuée à Dietersheim le 31.07.1945. Enterrée le 3.08.1945». Martin Brech vit avec stupéfaction un officier se tenant sur une colline à Andernach tirant des coups de feu sur des femmes allemandes qui s’enfuyaient en courant dans la vallée en-dessous. 

 

Le prisonnier Hans Scharf … vit une femme allemande avec ses deux enfants, qui vint vers un garde américain dans le camp de Bad Kreuznach, apportant une bouteille de vin. Elle demanda au garde de donner la bouteille à son mari, qui était juste de l’autre côté des barbelés. Le garde porta la bouteille à sa propre bouche, et quand elle fut vide, il la jeta sur le sol et il tua le prisonnier de cinq coups de feu. 

 

De nombreux prisonniers et civils allemands virent les gardes américains brûler la nourriture apportée par des femmes. Récemment, un ancien prisonnier a décrit cela: «D’abord, les femmes de la ville la plus proche apportèrent de la nourriture dans le camp. Les soldats américains confisquèrent tout cela aux femmes, jetèrent tout en tas, versèrent de l’essence dessus et le brûlèrent». Eisenhower lui-même ordonna que la nourriture soit détruite, selon l’écrivain Karl Vogel, qui était le commandant du camp allemand, désigné par les Américains dans le Camp N° 8 à Garmisch-Partenkirchen. Bien que les prisonniers recevaient seulement 800 calories par jour, les Américains détruisaient de la nourriture devant la porte du camp. 

 


James Bacque, Crimes and Mercies: the Fate of German Civilians Under Allied Occupation, 1944-1950 [Crimes et pitié: le sort des civils allemands sous l'occupation alliée, 1944-1950] p. 41-45, 94-95. 


«Le 20 avril était un jour de tempête. La pluie et la neige se mêlaient au vent du nord glacial qui parcourait la vallée du Rhin jusqu’au camp, situé dans la plaine. Derrière les barbelés un spectacle terrifiant nous attendait: étroitement serrés les uns contre les autres pour se réchauffer, près de 100 000 détenus hagards, apathiques, sales, émaciés, au regard vide, vêtus d’uniformes gris, se tenaient debout, enfoncés dans la boue jusqu’aux chevilles. On distinguait ici et là des taches d’un blanc sale qui se révélaient, à deuxième vue, être des hommes à la tête ou aux bras couverts de bandages, ou tout simplement en bras de chemise. Le commandant allemand de division nous apprit que les prisonniers n’avaient pas mangé depuis plus de deux jours, et que l’approvisionnement en eau représentait un problème majeur — alors qu’à moins de 200 mètres le Rhin coulait à plein flot». 

 

(‘Compte-rendu d’une visite d’un camp de détention de prisonniers de guerre allemands aux mains de l’armée américaine’, par le colonel James B. Mason et le colonel Charles H. Beasley, du Service de Santé militaire des Etats-Unis, publié en 1950) 

 

«En avril 1945, des centaines de milliers de soldats allemands, de malades capturés à l’hôpital, d’estropiés, d’auxiliaires féminines et de civils furent faits prisonniers … A Rheinberg un détenu était âgé de 80 ans, un autre, de 9 ans … Ayant pour seuls compagnons une soif atroce et une faim lancinante, les captifs mouraient de dysenterie. Sans relâche, un ciel peu clément déversait sur eux, au long des semaines, des torrents de pluie … les estropiés glissaient dans la boue comme des amphibiens, trempés et gelés jusqu’à l’os. Sans le moindre abri, jour après jour, nuit après nuit, ils gisaient sur le sable de Rheinberg, livrés au désespoir, ou s’endormaient, épuisés, au fond de leurs trous dont les parois s’effondraient, avant de sombrer dans l’éternité». 

(Heinz Janssen, Kriegsgefangenen in Rheinberg, 1988) 

 

«Nous ne pouvions même pas nous allonger entièrement. Toute la nuit nous restions assis, tassés les uns contre les autres. Mais rien n’était pire que le manque d’eau. Pendant trois jours et demi on ne nous a pas donné d’eau du tout. Nous buvions notre propre urine. Le goût en était horrible, mais que pouvions-nous faire d’autre? Certains d’entre nous baissaient leur tête jusqu’au sol et le léchaient, pour essayer d’en tirer un peu d’humidité. Alors que j’étais déjà tellement faible que je n’arrivais plus à me dresser que sur mes genoux, on nous a enfin distribué un peu d’eau à boire. Je pense que je serais mort sans cette eau. Et le Rhin se trouvait juste de l’autre côté des barbelés. A travers le grillage, les gardiens nous vendaient de l’eau et des cigarettes. Une cigarette coûtait 900 marks. J’ai vu mourir des milliers de mes compagnons. Ils emportaient les corps dans des camions». 

(George Weiss, témoignage recueilli par James Bacque, 1988) 

 

«On nous maintenait dans des enclos de fil de fer barbelé, en plein air et pratiquement sans nourriture. Les latrines n’étaient constituées que de planches jetées par-dessus les fosses, près des barbelés. Pour dormir, nous n’avions pas d’autre choix que de creuser un trou dans le sol avec nos mains, puis de nous serrer les uns contre les autres, tout au fond. Nous n’avions pratiquement pas d’espace vital. A cause de la maladie, les hommes devaient déféquer sur le sol. Très vite, beaucoup d’entre nous se sont sentis bien trop faibles pour retirer leur pantalon avant qu’il ne soit trop tard. Nos vêtements étaient infectés, ainsi que la boue dans laquelle il nous fallait marcher, nous asseoir et nous coucher. Au départ, il n’y avait pas d’eau du tout, à part la pluie; au bout de deux semaines il nous a été possible d’en obtenir un peu à partir d’un robinet. La plupart d’entre nous n’avaient aucun récipient pour la recueillir, et nous pouvions seulement en avaler quelques gorgées après des heures de queue, et quelquefois une nuit d’attente. Il nous fallait marcher entre les trous, sur les monticules de terre molle dus aux excavations creusées par les prisonniers pour s’abriter. Il nous était facile de tomber au fond des trous, mais beaucoup moins facile d’en sortir. 

 

Ce printemps-là, il a plu presque sans arrêt sur cette partie de la vallée du Rhin. Plus de la moitié du temps nous avons eu de la pluie. Plus de la moitié du temps nous n’avons rien eu du tout à manger. Pour le reste, on nous donnait une petite ration K. Je voyais d’après la liste imprimée sur l’emballage qu’on ne nous donnait qu’un dixième du contenu de ces rations fabriquées en Amérique. En définitive, nous recevions peut-être 5% d’une ration normale de l’armée américaine. Je me suis plaint auprès du commandant du camp, un Américain, en lui disant qu’il violait la convention de Genève, mais il m’a simplement répondu: ‘oublie la convention, tu n’as aucun droit’. Au bout de quelques jours, des hommes en bonne santé à leur arrivée dans le camp étaient déjà morts. J’ai vu nos compagnons traîner de nombreux cadavres jusqu’aux portes du camp, où on les jetait les uns sur les autres, à même la remorque d’un camion qui les emportait». 

 

(Charles von Luttichau, témoignage recueilli par James Bacque, 1988) 

«Comme on était environ une trentaine, on croyait que le voyage durerait donc une journée, mais on a voyagé trois jours entiers, sans sortir, complètement enfermés. On regardait à travers de petites fissures pour savoir où on se trouvait … Après trois jours, on est arrivés à Rennes. Il y avait plus de 100 000 prisonniers dans le camp, à peu près le même nombre que dans la ville. Dans les baraques il y avait des lits, les premiers qu’on voyait depuis de nombreuses semaines. Ils étaient en bois, superposés sur trois niveaux, avec rien d’autre, pas de paille ou quoi que ce soit d’autre. On dormait sur les planches. C’était la première fois qu’on avait un toit au-dessus de la tête depuis notre capture. On avait passé trois semaines à Kreuznach, à même la terre, sans permission de faire du feu ou de creuser un trou, et notre seule occupation de la journée consistait à faire la queue pour avoir un peu d’eau. Elle était apportée par des fermiers et mise dans des tonneaux, mais elle était parfois épuisée avant même d’être versée dans ces tonneaux parce que les gens faisaient des trous dans les tuyaux et se dépêchaient de la boire. On manquait vraiment de nourriture. Quand les petits pois arrivaient, ils étaient divisés entre nous, et une fois le partage fait, il en restait quelques-uns. Tout le monde comptait et si on en avait six chacun, eh bien on attendait pour en avoir six et demi. 

 

On est restés à Rennes pendant huit mois. (…) Quand les Américains ont quitté le camp ils ont eu un comportement dégueulasse envers les Français, qui se sont vengés sur nous. (…) J’avais trouvé un morceau de tissu dans une des baraques et je pouvais écrire dessus. J’ai découvert que je comprenais tout ce que j’écrivais mais, dès que je l’effaçais, cela s’effaçait aussi de ma mémoire. Ne pas se souvenir des choses, c’était le premier signe d’épuisement. C’était affreux, j’effaçais, et je n’étais plus capable de me rappeler ce que je venais d’écrire et de comprendre. Je n’étais pas déprimé, c’était juste la malnutrition. (…) Plus tard, quand la faiblesse s’est installée vraiment et que le plus petit mouvement nous faisait perdre conscience, on calculait combien de temps on restait évanouis. La malnutrition devenait tellement grave que le geste le plus infime, exécuté trop rapidement, nous faisait tomber dans les pommes. (…) La nourriture était tellement rare que les gens étaient en général malades, et quand vous étiez malade, on vous emmenait à l’hôpital. Quand les gens étaient emmenés à l’hôpital, on ne les voyait jamais revenir. Sur les 100 000 prisonniers détenus à Rennes, il y en a eu certainement une partie qui sont morts, et même une bonne partie, mais je n’ai jamais trouvé le moindre cimetière. 

 

On n’a jamais vu la Croix-Rouge. Personne n’est jamais venu inspecter le camp pendant deux ans. Leur première visite a eu lieu en 1947, pour nous apporter des couvertures. On mangeait l’herbe qui poussait entre les baraques. Les Français n’étaient pas les seuls responsables de ce qui se passait dans les camps en France, parce qu’ils avaient reçu un grand nombre d’Allemands déjà considérablement handicapés par de mauvais traitements subis en Allemagne [dans les camps américains].» 

(Heinz T., témoignage recueilli par James Bacque) 

 


 

«Quel dommage de ne pas avoir pu en tuer davantage». (lettre de D. Eisenhower à G.C. Marshall, mai 1943, après la reddition des forces de ‘l’Afrika Korps’ [ce passage fut plus tard supprimé des éditions officielles de sa Correspondance] ) 

 

«C’est exactement comme sur les photographies de Buchenwald et Dachau». (rapport du capitaine Julien, 3ème Régiment de tirailleurs algériens, juillet 1945) 

 

«[J'étais] très étonné de voir que nos prisonniers étaient presque aussi faibles et émaciés que ceux que j’avais vus dans les camps de concentration nazis. Le jeune commandant nous dit calmement qu’il privait délibérément les prisonniers de nourriture, et déclara: ‘Ces nazis ont enfin la monnaie de leur pièce’. Il était tellement convaincu de se comporter correctement que nous ne soulevâmes en sa présence aucune polémique». (Robert Murphy [conseiller politique civil du général Eisenhower], après une visite d’un camp de prisonniers pendant l’été 1945) 

 

«La situation des prisonniers de guerre allemands en Europe est devenue désespérée et est en passe de faire l’objet d’un scandale déclaré. Au cours des semaines passées, plusieurs Français, anciens prisonniers des Allemands, m’ont adressé des protestations relatives au traitement que le gouvernement français fait subir aux prisonniers de guerre allemands (…) J’ai vu Pradervand [Délégué principal du Comité International de la Croix-Rouge en France] qui m’a affirmé que la situation des prisonniers allemands en France est, dans de nombreux cas, pire que celle des camps de concentration allemands. Il m’a montré des photographies de squelettes vivants et des lettres émanant de commandants de camps français, qui ont demandé à être déchargés de cette responsabilité parce qu’ils ne peuvent obtenir aucune aide de la part du gouvernement français et ne supportent pas de voir les prisonniers mourir d’inanition. Pradervand a frappé à toutes les portes au sein du gouvernement français, sans le moindre résultat». (lettre Henry W. Dunning [responsable de la Croix-Rouge américaine] adressée au Département d’Etat, 5 septembre 1945) 

 

«Nous apprenons que dans certains camps [français], une grande partie de la nourriture, en principe à peu près suffisante, affectée aux prisonniers de guerre, est détournée de sa destination, que l’on y voit errer des squelettes vivants presque semblables à ceux des camps allemands de déportés, et que les morts par inanition y sont nombreuses; nous apprenons qu’il arrive à ces prisonniers d’être frappés sauvagement et systématiquement; nous apprenons qu’on emploie certains de ces malheureux à des travaux de déminage sans leur fournir d’appareils détecteurs, ce qui fait d’eux des condamnés à mort à plus ou moins bref délai. Il faut que ces pratiques cessent». (éditorial du «Figaro», 19 septembre 1945) 

 

«… Ces prisonniers [aux mains des Français] sont au nombre de 600 000. 200 000 sont dès maintenant inaptes au travail, soit: a) 50 000 parce qu’ils sont rapatriables au sens des Conventions (amputés, aveugles, fous, tuberculeux avancés, etc) b) 150 000 parce qu’ils souffrent de sous-alimentation grave. … La situation des 200 000 prisonniers de guerre ci-dessus mentionnés est si précaire tant du point de vue alimentaire que sanitaire et vestimentaire, qu’on peut dire, sans être pessimiste, qu’ils ne supporteront pas les rigueurs de l’hiver. (…) Pour remédier à cette situation il est nécessaire qu’une action énergique soit entreprise d’urgence …». (lettre de J.P. Pradervand [Chef des Délégations du CICR] au Général De Gaulle, 26 septembre 1945) 

 

«Comme on parle aujourd’hui de Dachau, dans dix ans on parlera dans le monde entier de camps comme … Notre correspondant cite celui de Saint-Paul d’Egiaux. Mais il apparaît que ce jugement est valable pour beaucoup des camps ou des dépôts français de prisonniers de l’Axe». (Jacques Fauvet, dans Le Monde, 30 septembre-1er octobre 1945) 

 

«Les conditions de détention des prisonniers allemands au sein du théâtre européen, exposent [le gouvernement des Etats-Unis] à des accusations graves de violation de la convention de Genève». (lettre de B. Gufler, du Département d’Etat, 11 janvier 1946) 

 

«Le terme d’élimination n’est pas trop fort, si l’on considère que le nombre de ces morts dépassa de loin toutes celles subies par l’armée allemande sur le front de l’ouest, entre juin 1941 et avril 1945». (Dr Ernest F. Fisher Jr, colonel en retraite et ancien Historien-chef de l’Armée des Etats-Unis, 1988) 

 

«L’Histoire ne retient que les phénomènes de masse … Sans le nombre massif de morts dans les camps, l’Histoire n’en aurait rien retenu. Pour empêcher que leur crime fût divulgué et transformé en événement historique, il suffisait donc aux Américains et aux Français de dissimuler l’ampleur d’un désastre qu’ils étaient les seuls à mesurer. Ce fut accompli». (James Bacque, Morts pour raisons diverses, 1989) 

 

L’attitude du général De Gaulle 

 

En tant que chef du gouvernement et chef des armées, il arriva certainement à De Gaulle d’évoquer ce problème avec son chef d’état-major de la Défense nationale, le maréchal Alphonse Juin, lui-même très au courant de la situation délicate qui régnait dans les camps. Conseillé par le maréchal Juin, De Gaulle refusa de recevoir Pradervand [Délégué du CICR], et offrit à la presse mondiale, au début du mois d’octobre, cette remarquable conférence de presse au cours de laquelle il aborda si prudemment le contentieux franco-américain relatif aux transferts de prisonniers … Attitude au demeurant peu surprenante quand on sait que le général De Gaulle attendait des milliers de tonnes de matériel de guerre et des vivres livrés quotidiennement [par les Américains]. Charles De Gaulle était très préoccupé par les problèmes de politique intérieure, par le besoin d’asseoir son autorité dans une France divisée et soucieuse de la reconquête de son empire colonial. … Le destin d’un million de prisonniers allemands ne pesait pas bien lourd dans la balance. (…) 

 

Les vivres ne manquaient pas, mais au lieu d’être distribués aux hommes qui avaient faim, ils étaient vendus par des officiers au marché noir, à la stupéfaction et à la consternation d’hommes honnêtes tels que le maire de Bascons, Raoul Laporterie, qui osa risquer sa carrière en critiquant le général De Gaulle, et eut effectivement à en pâtir. (…) 

 

Le général De Gaulle aurait pu aisément éviter de nombreuses morts en cessant d’ajouter de nouveaux prisonniers à ceux qui périssaient déjà d’inanition. Le maréchal Juin aurait pu le persuader d’agir dans ce sens. Le général Buisson [directeur du service des prisonniers de guerre] fut en quelque sorte victime, tout comme les prisonniers, d’une politique futile et vicieuse infligée par les détenteurs du pouvoir, qui n’étaient autres que le général De Gaulle et le maréchal Juin. A qui revient la gloire, revient la honte. (James Bacque, Morts pour raison diverses, 1989) 

 

Chair à canon pour la guerre d’Indochine

 

Les Français affamèrent délibérément certains des prisonniers, afin de provoquer leur «engagement volontaire» dans la Légion étrangère. En effet, nombre des légionnaires qui combattirent en Indochine étaient des prisonniers de guerre allemands transférés dans les camps français en 1945 et 1946. (James Bacque, Morts pour raisons diverses, 1989) 

 

On est restés à Rennes pendant huit mois. Pendant tout ce temps on a compris pourquoi on nous avait fait venir. La France avait besoin de soldats. Ils avaient un gros problème en Indochine et ils voulaient pourvoir leur Légion étrangère. Des agents allemands au service des Français s’étaient infiltrés parmi nous pour recruter des soldats.

 

(…) Les soldats qui s’étaient engagés dans la Légion étrangère ont été mis dans un autre camp à coté où on pouvait les voir; au bout de deux semaines, comme ils étaient mieux nourris, ils avaient l’air plus résistants, alors qu’on devenait de plus en plus faibles. On pouvait les voir commencer à jouer au football et chanter, tout à côté de nous. (Heinz T., témoignage recueilli par James Bacque) 

 


mai 1945: les Etats-Unis, en violation de la convention de Genève, ôtent à la Suisse le rôle de puissance protectrice des intérêts des prisonniers allemands. 

 

août 1945: un ordre signé du général Eisenhower ôte aux prisonniers allemands leur statut de prisonniers de guerre, et le remplace par celui de F.E.D (Forces Ennemies Désarmées). Les prisonniers allemands ne peuvent plus être visités par la Croix-Rouge, ni recevoir de colis alimentaires. Ce changement de statut aura des conséquences catastrophiques. 

 

1947 aux années 50: la plupart des dossiers relatifs aux camps de détention américains sont détruits. Le gouvernement du Chancelier Adenauer constate que 1 700 000 soldats allemands, toujours en vie à la fin des hostilités, ne sont jamais rentrés chez eux. Les puissances occidentales accusent l’URSS. 

années 80: le CICR refuse de divulguer certains documents relatifs aux camps alliés, mais autorise la consultation des archives concernant les camps nazis.

 

 

http://infolibretv.fr/?p=2015

 

 

 

Partager cet article

Repost0
3 février 2014 1 03 /02 /février /2014 17:10

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
3 février 2014 1 03 /02 /février /2014 00:10

 

Ames sensibles attention !

 

 

 

Partager cet article

Repost0
2 février 2014 7 02 /02 /février /2014 01:05

 

1 200 médecins lancent un appel contre les dangers des pesticides

 

L'appel des médecins contre les dangers des pesticides

La fin aux dérogations pour l’interdiction des épandages aériens, et la reconnaissance par l’Etat de certaines maladies professionnelles liées aux pesticides, c’est l’appel lancé par ce collectif de médecins français.

 

Une mobilisation hors norme

Un collectif de 1 200 médecins français a signé un appel mettant en garde contre la dangerosité des pesticides, le Dr Pierre-Michel Perinaud, médecin généraliste à Limoges déclare :

«Nous ne cherchons pas à montrer du doigt une profession, mais chacun doit prendre ses responsabilités. A nous d’assumer les nôtres en alertant sur les dangers de ces produits, particulièrement pour certaines catégories de la population, ceux qui y sont le plus exposés, ainsi que les femmes enceintes et les enfants»

 

Les pesticides doivent être interdits !

L’appel a été lancé sur internet en septembre par un groupe de médecins limousins auxquels se sont associés des médecins de Martinique et de Guadeloupe, ébranlés par l’affaire du chlordécone, pesticide employé aux Antilles entre 1973 et 1993 avant d’être interdit mais dont la présence persistance dans les sols et rivières continue à contaminer les cultures, viandes et poissons.

 
Le collectif précise qu’une exposition professionnelle aux pesticides est, selon la littérature scientifique, liée à des risques accrus de maladie de Parkinson, de cancers de la prostate et de certains cancers du sang. Les études font également état d’un risque de malformations congénitales augmenté chez les enfants des femmes exposées aux pesticides pendant leur grossesse. Pour les consommateurs ce pas triste non plus ; Cancers, diabète, maladies cardiovasculaires ou respiratoires, ces pathologies sont à l’origine de deux décès sur trois… Résultat du mauvais rapport de l’homme avec son environnement qui est généré par notre mode de vie : alimentation, sédentarité, contamination chimique, pollution atmosphérique…

 
Les médecins relèvent également qu’aucune contestation n’est possible concernant l’imprégnation de la population par les pesticides, à faible doses certes, mais un grand nombre de ces pesticides sont des perturbateurs endocriniens  dont les effets néfastes pour la santé ne dépendent pas de la dose, mais de la période d’exposition. Les perturbateurs endocriniens sont également reconnus pour être une des causes de l’augmentation de certains troubles comme l’obésité, l’infertilité, et les pubertés précoces.

 

 
Pour protéger les populations, les médecins préconisent notamment de mettre fin aux dérogations à l’interdiction européenne des épandages aériens. L’appel invite également l’Etat à reconnaître de nouvelles maladies professionnelles agricoles liées aux pesticides, à mieux étiqueter les produits destinés à l’alimentation, et à confier à des laboratoires indépendants la réalisation des tests nécessaires pour l’autorisation de mise sur le marché. Il réclame enfin une meilleure prise en compte des perturbateurs endocriniens au niveau européen.

 
Les recommandations du BonCoinSanté sont simples : Stopper définitivement une alimentation industrielle et favoriser le bio… Combien d’appels de ce type faudra-t-il pour vous faire prendre conscience que l’industrie est en train d’empoisonner la population ?

 
A voir également pour les sceptiques :



Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : florilege2613.over-blog.fr
  • florilege2613.over-blog.fr
  • : Pour un monde meilleur POUR TOUS
  • Contact

Profil

  • florilege2613.over-blog.fr
  • Charisme, je rêve d'un monde meilleur, ma célébrité préféré : Hugo Chavez, Thomas Sankara, Che Guevara, Robespierre, l'Abbé Pierre

Recherche

Archives

Liens